La chute du cours de la livre au Liban déclenche la colère

0
1036

Une nouvelle dépréciation brutale de la livre libanaise face au dollar, mardi 21 mars, a provoqué un vent de panique et des perturbations du circuit d’approvisionnement du marché dans plusieurs secteurs vitaux. Des manifestants ont bloqué des routes dans tout le pays pour protester contre l’effondrement du pouvoir d’achat.

Les Libanais sont habitués aux montagnes russes de la livre, qui a perdu 98% de sa valeur depuis le début de la crise, en 2019. Mais la dépréciation enregistrée mardi était sans précédent. En quelques heures seulement, le dollar a dépassé le seuil des 140 000 livres alors qu’il s’échangeait la veille à 105 000 livres.   

Cette chute brutale de la monnaie nationale a provoqué de fortes perturbations sur le marché, où la plupart des produits, y compris les carburants, sont importés de l’étranger et payés en dollar.

Les stations-service ont fermé avant de décider de vendre l’essence au dollar du marché parallèle. Les pharmacies ont baissé leurs rideaux et les changeurs ont cessé de fournir les clients.

Face à cette dépréciation, les Libanais ont laissé éclater leur colère. Du nord au sud en passant par Beyrouth et la plaine orientale de la Bekaa, des manifestants désespérés ont fermé les routes à l’aide de bennes à ordures, de blocs de pierres et de pneus.

En soirée, le marché des changes s’est stabilisé sans raison apparente. La dollar est retombée à 108000 et le calme est revenu dans la rue. Cependant, les Libanais savent qu’il ne s’agit que d’une accalmie avant que leur monnaie nationale reprenne sa chute vertigineuse.