Jean Mombouli, DG du laboratoire nationale viré, il aurait dit que le Congo compte 40 cas de Coronavirus.

0
13001




Le gouvernement de la république avait annoncé avoir détecté 4 cas de patients porteurs du Coronavirus. Depuis, aucune nouvelle et actualisation de la situation n’a été faite suscitant ainsi diverses interprétations. La pagaille prévalant au laboratoire nationale de santé publique a poussé son directeur a annoncé officieusement que le Congo compterait en réalité 40 cas de Coronavirus que les autorités cachent. Il a été suspendu de ses fonctions par le premier ministre Clément Mouamba.

Dans tout les pays, on assiste comment les comités scientifiques de pilotage actualisent chaque jour la situation de la pandémie sauf au Congo. En RDC voisine, l’institut de recherche scientifique de Kinshasa annonce chaque jour de nouveaux cas de contamination et des morts. Mais au Congo, un pays des menteurs et démagogues, les 4 cas déclarés sont restés statiques alors que cette pandémie est dynamique.




C’est la conséquence directe de laisser aux mains des politiciens la gestion d’un problème scientifique. Jean Vivien Mombouli, comme de coutume est un Mbochis qui avant sa destitution était directeur du laboratoire nationale de santé publique. Cette structure dépourvue des tout les moyens à ce jour est incapable de répondre efficacement face à la pandémie de Coronavirus.

Critiqué de tout bord même dans son quartier, Jean Vivien Mombouli aurait fuité que le gouvernement en réalité cache aux Congolais les chiffres réels des cas de porteurs de Coronavirus au Congo qui s’élèveraient à 40.

Plusieurs nationaux et étrangers en provenance d’Europe et présentant actuellement des symptômes de la pandémie ont été en contacts avec leurs proches, et il est certain que même le chiffre de 40 ne correspond pas à la réalité.




Des mesures jusque là adoptés par le gouvernement restent insuffisantes et n’éviteraient en aucun cas une propagation massive. Chaque jour, des Congolais se côtoient dans les transports en commun, marchés etc.