Groupe Wagner : Pourquoi l’UE s’inquiète-t-elle des mercenaires russes en Afrique centrale ?

0
2909

Cette semaine, l’Union européenne a imposé des sanctions au groupe Wagner, une organisation mercenaire russe accusée de commettre des violations des droits de l’homme en République centrafricaine et ailleurs.

L’UE a déclaré qu’elle ne formerait plus les soldats du gouvernement centrafricain en raison de leurs liens avec Wagner.

En Afrique, ses combattants sont également impliqués en Libye, au Soudan et au Mozambique et semblent susceptibles de jouer un rôle au Mali.

Pourquoi le groupe Wagner est-il en RCA ?

Les mercenaires sont là pour soutenir le président Faustin-Archange Touadéra dans sa lutte contre les rebelles, qui contrôlent toujours de nombreuses régions du pays malgré les récentes avancées du gouvernement.

Le pays est en proie à des troubles civils depuis le renversement du président François Bozizé en 2013. M. Touadera, au pouvoir depuis une élection en 2016, a eu du mal à vaincre les forces rebelles malgré la présence de troupes françaises et d’une force de l’ONU.

Le gouvernement centrafricain estime que les mercenaires russes ont eu plus de succès.

Wagner aurait commencé à travailler en RCA en 2017, après que le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé une mission de formation russe sur place et levé l’embargo sur les armes imposé en 2013.

En octobre 2017, le président Touadera s’est rendu en Russie pour signer un certain nombre d’accords de sécurité avec le gouvernement russe.

Ceux-ci comprenaient une demande de soutien militaire, en échange d’un accès aux importants gisements de diamants, d’or et d’uranium de la RCA.

L’ONU avait seulement accepté le déploiement de 175 formateurs russes pour l’armée locale.

Faustin Archange Touadera (G), président de la République centrafricaine, et le président russe Vladimir Poutine.
Légende image,Le président russe Vladimir Poutine a accueilli le président Faustin-Archange Touadéra lors d’un sommet africain en Russie en 2019.

Malgré les démentis officiels de la Russie, des accusations, y compris de la part de l’UE, font état de l’existence de liens entre Wagner et le Kremlin.

Selon les analystes, ces liens ont permis aux agents armés de Wagner de commencer à travailler en RCA après la signature de l’accord avec la Russie.

Depuis lors, la présence du groupe dans ce pays riche en minéraux s’est multipliée.

Le gouvernement russe affirme qu’il a envoyé des instructeurs militaires non armés en RCA et qu’ils ne sont pas plus de 550 à se trouver dans le pays à un moment donné.

Les experts de l’ONU estiment toutefois qu’il pourrait y avoir plus de 2 000 instructeurs déployés par la Russie en RCA, y compris des recrues de Syrie et de Libye, où Wagner a été actif.

Cette situation préoccupe particulièrement l’ONU et la France, qui ont toutes deux accusé le groupe d’attiser le conflit en commettant des violations des droits de l’homme et des exécutions extrajudiciaires de rebelles présumés.

De quoi le groupe Wagner est-il accusé exactement ?

Selon les Nations unies et la France, les agents du groupe Wagner, ainsi que les forces gouvernementales, ont violé et volé des civils non armés dans les zones rurales du pays.

Dans un rapport publié en août sur les violations des droits de l’homme en RCA, l’ONU a documenté plus de 500 incidents au cours de l’année à partir de juillet 2020. Parmi ceux-ci figuraient des exécutions extrajudiciaires, des actes de torture et des violences sexuelles.

Une statue de soldats
Légende image,Le mois dernier, un monument à la gloire des militaires russes a été érigé dans la capitale de la RCA, Bangui.

En octobre, un groupe d’experts des Nations unies a déclaré que les personnes arrêtées par les instructeurs russes et l’armée nationale n’avaient souvent aucun accès à la justice. Ils ont ajouté que les victimes étaient réticentes à déposer des plaintes officielles, ce qui signifie que l’impunité pour les abus se poursuit.

Au début du même mois, le ministre de la Justice de la RCA, Arnaud Abazene, a reconnu pour la première fois que certains abus avaient été perpétrés par des « instructeurs russes ».

Bien qu’il ait déclaré que la plupart des incidents avaient été perpétrés par les rebelles, c’était la première fois que le gouvernement reconnaissait des abus perpétrés par ses propres troupes ou ses alliés.

M. Abazene a également déclaré que les instructeurs russes avaient été rapatriés pour être jugés dans leur pays d’origine.

Pourquoi l’UE a-t-elle décidé d’agir ?

La porte-parole de l’UE, Nabila Massrali, a déclaré à la BBC que Bruxelles était de plus en plus alarmée par les activités du Groupe Wagner. Outre les problèmes rencontrés en République centrafricaine, l’ONU a accusé Wagner d’avoir commis des crimes de guerre en Libye.

Une enquête de la BBC a révélé que les agents de Wagner avaient tué des civils et des prisonniers en Libye, et posé des explosifs non marqués.

« Leur statut juridique est vague, tout comme leur modus operandi, leurs objectifs et leurs cibles », a déclaré M. Massrali.

« Il est clairement très difficile de prévenir et d’assurer la responsabilité des violations potentielles des droits de l’homme et du droit international humanitaire dans le contexte d’une telle ambiguïté. »

L’UE a tenu à souligner qu’elle n’a pas coopéré avec les mercenaires de Wagner.

Elle a maintenant suspendu sa mission de formation militaire en RCA, car elle craignait que ces mercenaires ne commandent des unités qu’elle avait formées.

L’UE est l’un des principaux donateurs d’aide humanitaire à la RCA, ayant fourni plus de 1,4 milliard d’euros (1,2 milliard de livres sterling ; 1,6 milliard de dollars) depuis 2014.

Quels sont les liens du groupe Wagner avec le gouvernement russe ?

Officiellement, il n’y en a pas. Mais il existe des soupçons de liens étroits.

L’une des personnes sanctionnées par l’UE est Valery Zakharov, un ancien membre du service de sécurité de l’État russe, et un conseiller en sécurité du président Touadera.

Selon l’UE, M. Zakharov est « un personnage clé de la structure de commandement du groupe Wagner et entretient des liens étroits avec les autorités russes ».

Wagner a acquis une certaine notoriété en 2014, lorsqu’il combattait aux côtés des séparatistes pro-russes dans le conflit dans l’est de l’Ukraine. Depuis lors, le groupe est devenu actif au Moyen-Orient, ainsi qu’en Afrique centrale et australe.

Il serait financé par Evgeny Prigozhin, un riche homme d’affaires ayant des liens avec le président Vladimir Poutine. M. Prigozhin a toujours nié tout lien avec Wagner.

Le gouvernement russe nie également toute implication de l’État dans le groupe, tout en affirmant qu’il n’existe pas légalement, car les entrepreneurs militaires privés sont illégaux en Russie.

Où Wagner opère-t-il ailleurs en Afrique ?

Outre la Libye, l’UE a également mentionné les opérations mercenaires de Wagner au Soudan et au Mozambique.

Au Soudan, ils auraient été impliqués dans la formation ainsi que dans la protection de fonctionnaires et de sites miniers. Au Mozambique, Wagner a soutenu l’armée dans sa lutte contre l’insurrection militante islamiste dans le nord du pays.

Plus récemment, le Mali, un allié occidental de longue date dans la lutte contre le jihadisme au Sahel, a annoncé qu’il souhaitait employer environ 1 000 agents Wagner pour contribuer à assurer la sécurité. Cette annonce a suivi celle de la France, qui a annoncé qu’elle retirerait environ la moitié de ses 5 000 soldats du pays.

Les États-Unis se sont dits « alarmés » par la perspective du déploiement des forces du groupe Wagner au Mali. Ils ont déclaré que la présence de ces mercenaires déstabiliserait la région.

Le ministre malien des affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a déclaré que les interventions de la communauté internationale n’avaient pas fonctionné et que le pays devait envisager de nouvelles options.

L’entrée potentielle de Wagner au Mali rappelle à de nombreux observateurs la manière dont le groupe a commencé à opérer en RCA.