Grammy Awards: trois grands vainqueurs, le duo Silk Sonic, Olivia Rodrigo et Jon Batiste

Les 64e Grammy Awards ont eu lieu cette nuit à Las Vegas. Pas de gifle polémique comme aux Oscars la semaine dernière mais des performances sur scène et les prix les plus prestigieux répartis entre les trois grands vainqueurs de la soirée, le duo funk Silk Sonic, la nouvelle venue Olivia Rodrigo et le jazzman Jon Batiste. Angélique Kidjo remporte le trophée du meilleur album de musique du monde. Le DJ sud-africain Black Coffee, se voit, lui, attribuer le trophée du meilleur album électronique de l’année. 

« Leave the door open », voilà la chanson de l’année pour l’académie en charge des Grammy Awards, écrit notre correspondant aux États-UnisLoïc Pialat. L’une des quatre récompenses de la soirée pour Silk Sonic, le duo composé du Bruno Mars, un habitué des prix, et du rappeur Anderson Paak. « On fait tout notre possible pour rester humbles à ce stade, mais dans le métier, on appelle ça une victoire écrasante », a déclaré Anderson Paak. « On vous aime tous. C’est Silk Sonic qui paye la tournée ce soir», a-t-il lancé à ses adversaires malheureux. Révélation de l’année, Olivia Rodrigo n’a que 19 ans mais elle tournait déjà pour Disney en 2016. Son premier morceau, « Drivers License », une chanson de cœur brisé, en a fait une star instantanée : « Je pense à mes parents. Quand j’avais 9 ans, j’ai dit à ma mère que j’allais être une gymnaste aux Jeux olympiques, elle a cru que je plaisantais. La semaine d’après, je lui ai dit que j’allais gagner un Grammy et elle m’a toujours soutenu ».

Pianiste virtuose

Moins connu, Jon Batiste remporte, lui, l’album de l’année, le dernier prix de la cérémonie. Pianiste virtuose mais aussi multi-instrumentiste, chef d’orchestre, militant des droits civiques, compositeur oscarisé, ce génie de la musique a dynamisé la salle en déclarant tout sourire que la musique était pour lui « plus qu’un divertissement, une pratique spirituelle », et qui « touche les gens à un moment de leur vie où ils en ont le plus besoin ». Jon Batiste, descendant d’une famille de musiciens de la Nouvelle-Orléans, n’a que 35 ans mais a déjà enregistré avec les plus grandes stars de la chanson américaine, de Stevie Wonder à Prince en passant par la légende country Willie Nelson.

Performances mémorables sur scène

Eilish, Justin Bieber et Lil Nas X figuraient parmi les principaux candidats de la soirée en termes de nominations mais sont repartis bredouilles, malgré des performances mémorables sur scène. Côté rockeurs, les Foo Fighters ont remporté les trois prix pour lesquels ils étaient en lice, une semaine après la mort soudaine de leur batteur Taylor Hawkins en Colombie, peu avant un concert. Une cérémonie marquée par l’intervention de Volodymyr Zelensky dans un message enregistré et la chanson Free interprété par John Legend, accompagnée de trois artistes ukrainiennes dont une poétesse, qui venait tout juste de quitter son pays.

L’Afrique honorée

Il y avait une dizaine de nommés africains lors de ces 64e Grammy Awards. Deux d’entre eux repartent de Las Vegas avec le grammophone doré : un Sud-Africain, Black Coffee et la Béninoise Angélique Kidjo. Subconsciously est le meilleur album électronique de l’année. A 46 ans, Black Coffee est monté sur la scène de la MGM Grand Garden Arena de Las Vegas chercher un Grammy Award pour la première fois de sa carrière. Le DJ sud-africain, collaborateur de Pharell Williams et David Guetta, était accompagné par l’un de ses fils : « Je veux remercier mes fans et les gens tout autour du monde qui suivent mon travail. Je remercie ma famille et mes enfants. Là, c’est mon aîné mais j’en ai cinq autres alors je reviendrai ! » 

Elle, elle a l’habitude ! Avec Mother Nature, Angélique Kidjo a gagné son quatrième Grammy dans la catégorie « Musique globale ». La Béninoise, qui était nommée aux côtés des stars nigérianes Wizkid et Femi Kuti, assoit encore un peu plus son statut de géante du continent : « La dernière fois que j’ai gagné, j’ai dit que les jeunes musiciens africains allaient conquérir le monde. Et à tous les fans, amoureux de la musique, vous êtes toujours là quand nous avons besoin de vous. Quand vous écoutez, nous avançons. Nous sommes tous africains ». La chanteuse se produira dès demain à Seattle puis dans l’Arizona.

Les principaux vainqueurs de la 64e édition

– Album de l’année – We Are – Jon Batiste

– Enregistrement de l’année, attribué pour la performance globale d’un titre – « Leave The Door Open » – Silk Sonic

– Chanson de l’année, attribuée aux auteurs et compositeurs – « Leave The Door Open » – Brandon Anderson, Christopher Brody Brown, Dernst Emile II & Bruno Mars, auteurs (Silk Sonic)

– Révélation de l’année – Olivia Rodrigo

– Meilleur clip vidéo – « Freedom » – Jon Batiste

 Meilleur album de rap – Call Me If You Get Lost – Tyler, The Creator

– Meilleure performance de rap – « Family Ties » – Baby Keem Featuring Kendrick Lamar

– Meilleur album de rock – Medicine At Midnight – Foo Fighters

– Meilleur album de pop vocale – Sour – Olivia Rodrig

– Meilleure performance pop en solo – « drivers license » – Olivia Rodrigo

– Meilleur album de musique du monde – Mother Nature – Angélique Kidjo

– Meilleur clip vidéo – « Freedom » – Jon Batiste