Fameux coup d’État de Serge Oboa : comment ministres et enfants de Sassou ont paniqué

0
2566

Le dimanche 17 septembre 2023, la nouvelle sur un prétendu coup de force à Brazzaville contre Denis Sassou Nguesso s’est vite répandue sur les réseaux sociaux. Alors que la majorité des congolais ont été envahi de joie, les profiteurs du pouvoir et les membres du clan Sassou étaient dans la panique totale. Sur place, des ministres ont tout de suite vu la fin de leur jouissance, les enfants du président réfléchissaient déjà comment fuir Brazzaville et où se cacher pour être à l’abri de la colère du peuple. Une panique totale a secoué ministre et enfants de Denis Sassou Nguesso tant au Congo comme en Europe.

A peine que le Gabon venait de connaître son coup d’État que la nouvelle de celui contre Denis Sassou Nguesso s’est vite répandu en ce matin du dimanche 17 septembre 2023. Le président congolais qui a quitté Brazzaville la veille pour New York à l’assemblée générale des Nations Unies serait renversé par le patron de la garde présidentielle, le général Serge Oboa.

Les réseaux sociaux congolais annonçaient la présence de Denis Sassou Nguesso à Dakar au Sénégal pour suivre de près le cours du putsch contre lui à Brazzaville. Sur place, les populations qui sont souvent informées via les réseaux sociaux se posaient bel et bien des questions sur la véracité des faits au vu du calme qui régnait dans la capitale.

« C’est un coup d’État de palais ! C’est normal que la ville soit tranquille » affirmait un activiste politique congolais basé en France sur les réseaux sociaux. Mais, avant que les choses ne soient clarifiées, une panique s’est emparée des proches du pouvoir.

Des témoignages provenant de la sécurité de plusieurs ministres confirment la peur qui a traversé certains d’entre eux. Un influent ministre qui vit juste en face du fleuve Congo aurait instruit à sa garde de préparer leur traversée vers Kinshasa.

Des ministres qui vivent dans la zone nord de la capitale envisageaient déjà de prendre la route nationale pour leurs villages. Et généralement ce sont ceux qui ont peur et en conflit avec le général Serge Oboa qui ont eu le plus peur.

La garde du ministre Raymond Mboulou a appris le dimanche 17 septembre 2023 que ce dernier gardait deux malles remplies d’argent dans sa résidence et trois Nguris dans celle de sa seconde épouse. Il aurait demandé personnellement à ce que cela mis dans les véhicules dans sa fuite vers le nord.

En dehors des ministres, ce sont les enfants de Denis Sassou Nguesso qui étaient les plus paniqués. Imaginons déjà les représailles contre eux, ils ont envisagé tous les plans pour se cacher ou fuir. L’unique option était la traversée vers Kinshasa sauf ceux qui sont en bon terme avec le général Serge Oboa.

Quant aux petits-fils receleurs vivant en Europe, ils n’ont cessé de joindre leurs parents restés à Brazzaville pour prendre des nouvelles sur le prétendu putsch. L’un d’eux aurait même marqué son étonnement face à la trahison de Serge Oboa. En ce dimanche 17 septembre, les profiteurs du pouvoir de Brazzaville ont compris que tout basculé en un jour.