« Faire le Congo Brazza » : être riche et s’endetter selon deux chefs d’État d’Afrique de l’Ouest

0
5466




Alors que lors d’une cérémonie inédite à Oyo, Sassou le Nyongologue et sa bande annonçaient la découverte d’un gisement de pétrole onshore au nord du pays, en Afrique de l’Ouest, Alpha Condé et Macky Sall se moquaient du Congo. Selon une indiscrétion diplomatique, le président guinéen aurait évoqué à son homologue sénégalais la possibilité de lui faire un prêt à titre personnel. Le sénégalais sur un ton ironique lui aurait fait remarquer vouloir « faire le Congo Brazza ».

« Alpha, tu veux faire le Congo Brazza ? Depuis quand ,un qui se dit riche s’endette à tout va ? » aurait répondu Macky Sall à Alpha Condé.




Il est connu en Guinée, que leur chef d’État qui fut un fervent opposant aime bien faire des blagues à ses proches. Lors d’un échange avec son homologue sénégalais, Alpha Condé, lui aurait dit ne pas trop être au point et se trouver dans une nécessité financière, implorant le soutien de son interlocuteur.

Comme réponse sur un ton ironique, Macky Sall, lui aurait demandé d’arrêter de se comporter comme le Congo Brazzaville.

Pour les chefs d’État d’Afrique, il est clair que le Congo Brazzaville est un pays spécial qui se faisait passer pour le créancier et qui a finit de mendiant auprès du FMI.

On se souvient tous des 100 milliards de prêt à Alassane Ouattarra, 25 milliards au Niger et un peu moins de 50 milliards à Alpha Condé. Des prêts qui sont restés gravés dans les esprits des présidents ouest africains, lesquels à chaque voyage à Oyo, rentraient les poches pleines.




Ce sont les mêmes chefs d’État qui ont été écœurés d’apprendre que le clan d’Oyo jubilait lors de la signature de l’accord avec le FMI. Si en public, ils sourient avec Sassou Nguesso, ils s’en moquent en privé.

Dans la tradition africaine, celui qui se dit riche ne se courbe plus pour demander des prêts aux autres au risque d’être taxé de sorcier. C’était comme si la France demandait un prêt financier au Niger par exemple.




Denis Sassou Nguesso que son peuple a surnommé de Vieux Nyongologue a été incapable en 35 ans de règne de donner de l’eau potable de façon permanente ne fut ce qu’au centre -ville de sa capitale Brazzaville.Mais, il y a des jeunes qui croient encore en lui.