Eni revend une partie de ses intérêts pétroliers au Congo

0
1439

Le groupe pétrolier et gazier italien, Eni a signé mardi 27 juin avec Perenco, un accord pour la vente d’une partie de ses actifs pétroliers qu’il détient en République du Congo. 

Le groupe français Perenco veut s’ancrer davantage en République du Congo. En témoigne la signature d’un important contrat avec le géant pétrolier italien Eni ce mardi 27 juin. 

« Eni a signé aujourd’hui avec Perenco l’accord pour la vente de la participation d’Eni dans plusieurs permis au Congo, non essentiels à la stratégie de l’entreprise dans le pays », peut-on lire sur un communiqué de presse du groupe Eni. 

La valeur de la transaction est d’environ 300 millions de dollars américains, y compris la contrepartie ferme et conditionnelle, sous réserve des ajustements habituels, renseigne ladite correspondance.

La société Eni est présente au Congo depuis plus de 50 ans. Le pays est au cœur de la stratégie d’Eni en matière de sécurité d’approvisionnement et d’initiatives de transition énergétique. 

À ce jour, Eni est la seule entreprise engagée à développer les vastes ressources gazières du pays, notamment par le biais du projet Congo LNG (projet de gaz naturel liquéfié) qui exploite les énormes ressources gazières de Marine XII, répondant aux besoins de production d’électricité du pays tout en alimentant les exportations de GNL, fournissant de nouveaux volumes de gaz vers les marchés internationaux en se concentrant sur l’Europe.

Le projet devrait atteindre une capacité de production globale de gaz naturel liquéfié (GNL) d’environ 4,5 milliards de mètres cubes/an. Eni fournit actuellement du gaz à la centrale électrique du Congo (CEC), qui fournit 70% de la production d’électricité du pays.