En Grèce, face aux restrictions, les migrants cherchent d’autres routes

0
500

Face à la politique migratoire restrictive mise en place par le gouvernement conservateur grec, les migrants et les passeurs cherchent d’autres routes pour entrer en Europe. Un phénomène qui s’observe particulièrement à travers les accidents. 

En Grèce, des dizaines de migrants ont été portés disparus à la suite du naufrage de leur canot au large de l’île de Folegandros, dans l’archipel des Cyclades. Les garde-côtes grecs ont précisé avoir pour l’instant porté secours à douze personnes, dont des enfants, tandis qu’une autre personne au moins serait décédée.

Cet accident, relativement éloigné des îles de la mer Égée où se situent les camps de réfugiés, semble témoigner des tentatives de la part des migrants et demandeurs d’asile de trouver des routes alternatives, à l’heure où la Grèce durcit continuellement sa politique migratoire.

Les autorités l’ont maintes fois répété depuis cet été, le pays ne veut pas redevenir « la porte d’entrée de l’Europe ». Un statut que la Grèce avait acquis à l’occasion de la crise migratoire de 2015 et 2016, lorsque plus d’un million de personnes étaient arrivées sur le continent européen, en provenance en particulier de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan. 

Éviter les îles de la mer Égée comme Lesbos et Samos

Au pouvoir depuis 2019, le gouvernement conservateur grec ne cesse de durcir la politique migratoire du pays, avec notamment la multiplication des rejets de demandes d’asile, des camps de plus en plus fermés, ou encore des refoulements très fréquents. 

Face à ce durcissement, passeurs et migrants cherchent des routes alternatives, qui évitent les îles de la mer Égée, telles que Lesbos et Samos. Un phénomène, qui s’observe particulièrement au moment des accidents. 

En octobre, une embarcation de 400 migrants a ainsi dérivé plus à l’Ouest, entre Rhodes et la Crète, avant d’être secourue. Sur l’ensemble de la Méditerranée, la dangerosité des routes migratoires a causé officiellement la mort, cette année, de plus de 1 300 personnes. Un « cimetière froid sans pierre tombale », dont s’est ému le pape, à Lesbos, au début du mois.