Doudou Copa, le Kouyou d’OWando qui flatte les gens d’Oyo dans la bêtise

0
941

Le chanteur Doudou Copa de Mi Amor a présenté ses excuses, ce lundi 09 août après avoir tenu des propos « d’égarement«  sur ce quil appelle « chanter en langue du pouvoir. Cette déclaration avait fait réagir les internautes qui lui attribuent des intentions divisionnistes et tribalistes.

Fanatique de la drogue et de l’alcool, le chanteur Doudou Copa, connu pour son impolitesse envers tout le monde a tenté maladroitement de faire un clin d’œil à tous ses grands voleurs Mbochis qui l’ont zappé. Il ajuste oublié que la langue Mbochis est de nos jours cataloguée comme celle des voleurs et des incompétents, aussi des gens qui ont paupérisé les Congolais.

L’ancien d’Extra Musica Zangul a fait un mea culpa après avoir dit qu’une chanson de son prochain album, interprétée en langue Kouyou, était une chanson chantée en « langue du pouvoir.  

« Je chante en Kouyou, la langue du pouvoir. Le Kouyou et le Mbochi sont des langues du pouvoir. Je suis content de le dire, je chante dans la langue du pouvoir. Sassou Nguesso [le président de la République Denis Sassou Nguesso] parle quelle langue ? Il parle Mbochi, c’est la langue du pouvoir”, avait-il assuré.

Des propos désobligeants tenus par celui qui se considère comme le Patron de la Rumba congolaise que Vinaude le Nécessaire, l’animateur, avait pourtant tenté de recadrer sur le plateau.

L’opinion choquée n’a pas tardé à réagir. Le musicien, Trésor Mvoula s’est publiquement prononcé sur la question estimant que dire chanter en langue du pouvoir, c’est du tribalisme pur et simple. On n’a pas besoin de tenir ce genre de propos à la télé surtout que nous sommes des leaders d’opinion.” 

Doudou Copa de Mi Amor regrette désormais cette sortie, il s’est fendu d’une déclaration ce lundi, lors de son passage sur l’émission « Mag le Bazar« . “Ce matin, je suis passé sur le plateau de Romyc Okilas pour m’expliquer et surtout m’excuser sur les propos tenus au cours de l’émission 3/4 de vérité de Vinaude le Nécessaire. L’idée n’était pas de frustrer ou de fustiger telle ou telle autre ethnie. Le Congo est, et restera, un et indivisible. Une fois de plus, je m’excuse pour cet égarement”, a-t-il déclaré.