Désormais il faudra présenter un pass sanitaire pour aller de Brazza à Oyo ou Pointe-Noire

0
1525

Le plus grand malheur du Congo c’est d’avoir à sa tête des fous qui ne pensent qu’à leurs intérêts et à nuire à la population. Comment un pays ne compte que 150 décès par Covid peut se permettre de prendre des mesures aussi drastiques avec une population paupérisée qui vit de l’informel? Dans leur volonté de justifier les millions mendiés à la communauté internationale, les autorités commencent à prendre des décisions mal intentionnées contre le peuple. Désormais un pass sanitaire sera exigé pour se rendre d’une contrée à une autre.

Quatre nouvelles mesures prises par lors de la 27ème réunion de la Coordination Nationale de Gestion de la Pandémie de Coronavirus (COVID-19) tenu ce 23 septembre 2021, à savoir :

1- rendre obligatoire le test RT-PCR aux aéroports et ports du Congo pour tous les passagers en provenance de l’étranger dans un délais de 15 jours.

2- rendre obligatoire la présentation du PassSanitaire pour tout déplacement par air, route, chemin de fer ou voie navigable entre les grandes agglomérations d’ici le 1er novembre 2021 si tout le dispositif de contrôle est prêt.

3- rendre obligatoire pour tous les agents et usagers de l’administration publique, la présentation du PassSanitaire pour tout accès aux services publiques d’ici le 1er novembre 2021 si tout le dispositif de contrôle est prêt.

4- rendre obligatoire la présentation du Pass Sanitaire pour tout accès des agents et usagers des Préfectures, Mairies, Banques, Regies Financières, Postes et Caisses de Retraite d’ici le 1er novembre 2021 si tout le dispositif de contrôle est prêt.

Il est clair que les autorités Congolaise fument une très mauvaise herbe qui a pour conséquence l’anéantissement totale de leur capacité de réflexion. Des mesures en totale déphasage avec la réalité de ce petit pays pétrolier dont les besoins urgents sont le chômage des jeunes, l’eau, l’électricité, l’assainissement des villes et de l’administration etc. Mais tous ces maux pourtant visibles n’attirent en rien l’attention du pouvoir qui ne se contente que de gérer des futilités et acheter des armes.