Des voleurs nyongologue applaudis par des jeunes, le Congo un pays spécial

0
4513




Depuis un moment, les partis politiques dits de l’opposition et certaines associations sont vent debout pour réclamer la levée de l’immunité parlementaire des deux députés Denis Christel Sassou Nguesso et Claudia Sassou Nguesso, qui auraient pour le premier, détourné 50 millions de dollars (30 milliards de francs CFA) de fonds publics et la deuxième reçu près de 20 millions de dollars (12 milliards de FCFA) de fonds publics pour s’acheter un appartement de luxe dans le Trump Hotel & Tower à New York.

Les congolais sont tous témoins de ce qui se passe dans notre pays. Depuis plusieurs semaines, nous dénonçons des faits de corruption et antivaleur dans le secteur pétrolier impliquant M. Denis Gokana et Maixent Raoul Ominga, deux (2) députés du PCT, pour ne citer que ces deux personnalités.

Depuis une décennie le scandale des Panama Pepers défraie la chronique. Il y’a dans ce dossier un certain nombre de compatriotes dont quatre (4) députés (Denis Christel Sassou Nguesso, Jean Richard Bruno Itoua, Jean Jacques Bouya, Gilbert Ondongo et Lucien Ebata) qui auraient mis à l’abri dans les paradis fiscaux, des milliards appartenant aux congolais.




Il y’a le dossier dit des biens mal acquis impliquant M. Sassou Nguesso Denis, le dossier Willy Etoka, ce pseudo golden boy, devenu milliardaire par l’onction de Saint Denis et qui serait impliqué dans un scandale de corruption avec le portugais José Vega, l’affaire Wilfrid Nguesso, mis en examen en France pour blanchiment de détournement de fonds publics dans le cadre de l’affaire dite des biens mal acquis. On pourrait en citer d’autres. Comme par hasard, aucune réaction du côté de Brazzaville !

En vérité, ce qui se passe aujourd’hui n’est qu’une transposition du combat interne au Parti Congolais du Travail (PCT). C’est la raison pour laquelle nous demandons aux patriotes d’être implacables face à la corruption. S’il y’a une traque à lancer et des poursuites à faire, elles doivent concerner tous les voyous et corrompus de la république et sans exception. Il n’y a pas des corrompus parrains des partis et associations et des corrompus rejetons de M. Sassou Nguesso Denis. Il n’y a pas d’un côté des corrompus généreux donateurs et de l’autre des héritiers corrompus. Il n’y a que des corrompus, ennemis de la République.

Aussi, il est indécent de voir des partis politiques de l’opposition et certaines associations prendre fait et cause pour un camp dans cette rixe qui fait rage entre gangs du Parti Congolais du Travail, ce parti qui a détruit tout le tissu économique et social de notre pays et qui mérite d’être jeté dans les poubelles de la République. Les congolais ne se laisseront pas berner par toutes ces péripéties et tous ces épisodes de petits meurtres entre camarades.




Les partis politiques de l’opposition et les associations ne doivent pas servir de marchepied et de sous-traitant à tous ces truands du PCT qui veulent les utiliser comme bouée de sauvetage afin de pérenniser un système qui méprise et broie les congolais depuis des décennies.

Aussi, c’est bien de demander la levée de l’immunité parlementaire des deux députés du PCT, mais par quelle justice seront-ils jugés ? La même qui est instrumentalisée par la famille Nguesso ? Soyons sérieux.

Une chose est sûre, le jour où la démocratie sera rétablie dans notre pays, tous les voleurs et les corrompus de la République seront jetés en prison. Il n’y a pas de place pour les sentiments et les états d’âme si nous voulons construire une République exemplaire qui prône l’éthique et la méritocratie.