Communiqué de presse des Assises Nationales du Congo

0
1999




Monsieur Dénis SASSOU NGUESSO, le chantre de la fuite en avant éternel a encore récidivé, à l’occasion de la célébration du 59e anniversaire de l’indépendance de notre pays. Une phrase résume le sens mystificateur du discours de ce chef d’Etat de facto : « La multiplication des signaux cumulatifs et rassurants légitimes, à juste titre, notre appel renouvelé à l’espérance et à l’optimisme, au bénéfice du CONGO ETERNEL ».

L’attitude du tyran qu’il est se justifie sans doute par une illusion qu’il entretien sur le comportement du peuple congolais. Ainsi, évoquant l’accord signé avec le FMI, il croit avoir raison de dire : « Cette issue magnifie le comportement louable de nos concitoyens qui ont facilité, par leur sens élevé de patriotisme et de responsabilité, la consolidation du climat social apaisé, l’adhésion au processus engagé et l’espérance des lendemains meilleurs ».

En d’autres termes, le chef d’Etat de facto du Congo prend ses concitoyens pour des moutons.
Et ce faisant, il compte sur une communauté internationale dont certains dirigeants sont complaisants à son égard, mais dont les peuples sont solidaires du peuple congolais dans sa longue marche contre la dictature oligarchique pour la démocratie véritable. Devrait-on s’attarder sur ce discours quand on sait que le tyran est coutumier du fait ? Rappelons quelques promesses de ces dernières années :
– Gratuité de la césarienne (Août 2010),
– Gratuité de l’établissement des papiers administratifs (Décembre 2010),
– Construction des douze hôpitaux de référence dans chaque département (Décembre 2014),
– La plus emblématique et la plus décisive était relative à l’éradication de la corruption (Décembre 2018)




Bien évidemment, il est faux de dire que ces promesses n’ont pas été tenues en raison de la baisse du prix du baril du pétrole. Le peuple congolais, qui est averti, observe dans le silence, les crimes de toutes sortes (humains et économiques) commis par l’oligarchie au service de Sassou. La nouveauté, dans ce discours, est la joie du système Sassou suite à l’annonce de la future mise en production d’un gisement pétrolier on-shore situé dans le Nord du pays et appelé Ngoki « caïman ».

Malgré les précautions oratoires prises par le dictateur au sujet de l’écologie, ce gisement se situe dans le bassin du Congo qui appartient au patrimoine de l’humanité selon l’UNESCO qui est garante des Objectifs du Développement Durable.

Du reste, le peuple n’acceptera pas que la société PEPA appartenant à l’oligarchie de Sassou fasse encore main basse sur ce gisement, comme c’est le cas au sud du pays.

En ce 15 Août 2019, les Assises Nationales du Congo réitèrent le message de leur Appel au retrait de Sassou Nguesso https://mondafrique.com/congo-brazzaville-un-appel-au-retr…/

Pour le Délégué Général,
Djess Maurice KIBANGOU, Secrétaire Général Adjoint, Chargé de la stratégie de communication

Fait à Paris le 16/08/2019