Congo: vers l’automatisation des pensions de retraite ?

Le gouvernement de la République s’engage à mettre tout en œuvre pour examiner avec rigueur la problématique de l’automatisation des pensions de retraite durant ce nouveau quinquennat. 

L’équipe gouvernementale dirigée par le Premier ministre Anatole Collinet Makosso a inscrit dans ses 12 priorités pour le quinquennat 2021-2026, l’instauration d’une « politique sociale juste et solidaire »

Selon le chef du gouvernement, l’exécutif est déterminé à « regarder objectivement » la problématique de l’automatisation des pensions et y « apporter des solutions durables ». 

« Je tiens à affirmer à l’endroit de nos Anciens, que le Gouvernement mettra tout en œuvre pour examiner avec rigueur la problématique de départ à la retraite et de l’automatisation des pensions. Il s’agit d’un impératif de dignité humaine », a-t-il assuré.

Pour ce faire, Anatole Collinet Makosso compte mettre fin au système actuel de « zéro paiement » par trimestre en dépit de la conjoncture économique difficile.  

« Nous nous emploierons, autant que faire se peut, à améliorer le rythme de paiement en faisant l’effort d’en envisager au moins un ou deux paiements par trimestre », a-t-il garanti. 

A en croire le Premier ministre, ce nouveau mode de paiement prendra en compte tous les pensionnés en même temps.

Quant aux arriérés dus aux retraités, ils intégreront la dette sociale et seront globalement traités et progressivement apurés dans le cadre du programme que le gouvernement envisage avec ses partenaires extérieurs, a souligné Anatole Collinet Makosso.

Le Premier ministre sollicite toutefois la compréhension des retraités, des compatriotes et des syndicats des retraités.

La question de l’automatisation des retraites est un sujet attendu depuis plus d’une décennie. Interpellé en 2019 par le Parlement, le gouvernement sortant, par le truchement de Firmin Ayessa alors vice premier ministre en charge de la Fonction publique de la réforme de l’Etat, du travail et de la sécurité sociale, avait indiqué devant la représentation nationale, que le processus d’automatisation de la retraite était attendue par tous mais dépendait de l’informatisation du fichier de la Fonction publique.

Un challenge que devra peut-être relever le gouvernement Makosso, avant de pouvoir prétendre à l’automatisation souhaitée.