Colère dans l’armée après l’achat par Sassou des armes rien que pour sa garde à 89 milliards cfa

0
3691

89 milliards cfa est le montant dépensé par Denis Sassou Nguesso dans l’achat des armes pour la sécurité présidentielle au détriment de l’armée congolaise. Cet achat a mal sonné au sein de la troupe des FAC qui se dit délaissée. Une grogne que le CEMG Guy Blanchard Okoi tente de calmer pour sauver la face de son patron Sassou.

Dans une république normale qui prône le caractère républicain de ses forces armées, il est inconcevable que cette dernière soit moins armée que la sécurité présidentielle qui jouit d’un statut spécial. Désarmée et affaiblie, l’armée Congolaise n’est que l’ombre d’elle-même au profit de la sécurité présidentielle qui est une sorte de milice tribale qui ne répond pas devant le chef d’État-major des FAC.

Malgré toutes les armes que cette milice présidentielle possède déjà, Denis Sassou Nguesso qui rêve d’imposer son fils comme son successeur a réceptionné une commande d’armes, d’une valeur de 89 milliards cfa. Ces armes ont été transportées directement de Pointe-Noire vers Oyo via l’aéroport d’Ollombo sans même que Blanchard Okoi ne soit au courant.

Pour les militaires Congolais, c’est une humiliation à ciel ouvert de trop dans le seul but de la conservation du pouvoir et n’entendent plus se laisser faire au moment opportun. Un officier des FAC a confié que malgré qu’elle soit surarmée, la sécurité présidentielle n’a jamais intervenue contre toutes les violations par l’Angola de nos frontières.

«On achète des armes pour la sécurité présidentielle alors que c’est l’armée nationale qui est sensée défendre notre pays…Et comment allons-nous défendre nos frontières sans les armes appropriées ? » S’indigne un autre officier qui rappelle aussi que cette même garde présidentielle a été incapable de neutraliser le pasteur Ntumi dans le Pool.