Ces échoués idiots déclarés admis qui vont remplir inutilement l’assemblée nationale

0
1300

La particularité est que tous ces échoués déclarés admis sont tous du PCT ou alliés confortant ainsi l’idée au sein de l’opinion nationale que ce parti-État incarne réellement le mal du Congo. Beaucoup qui ont cru à la diabolisation du professeur Pascal Lissouba par ce parti regrettent déjà leur naïveté au vu du bilan très négatif du PCT à la tête du Congo dont les membres font pire que ce qu’ils reprochaient à Lissouba et qui les a conduit à prendre les armes. On assistera à la mise en place du nouveau parlement au bal des échoués qui l’aucun gêne de porter les couleurs de la république pour écouter le discours du parrain de la fraude Isidore Mvouba.

« Je ne sais même pas pourquoi ils ont pris les armes pour faire la guerre à Pascal Lissouba ? » s’interroge un habitant de Moungali qui a appris la victoire au premier tour de la candidate du PCT Inès Ingani avec 100% des voix. « Les voleurs n’ont plus honte dans ce pays, comment peut-on s’attribuer 100 % des suffrages dans une capitale et circonscription cosmopolite ? » se demande un travailleur de la mairie de Moungali.

C’est à cela que le PCT a réduit le Congo et les Congolais après avoir détruit sciemment l’école en favorisant la valorisation et promotion des échoués devant les admis. Au Congo, le mérite ne compte plus pour décrocher un emploi, seuls valent le clientélisme et les accointances régionales, maçonniques et sexuelles.

Les élections législatives de Juillet 2022 ont confirmé la thèse selon laquelle au Congo, les voleurs sont devenus des vantards et les idiots peuvent gronder sur les intellectuels qu’ils manipulent parfois à leur guise. Rappelons que ce sont deux supposés intellectuels qui ont officialisé les victoires des échoués sur les admis sous les ordres des idiots. Henri Bouka et Guy Georges Mbaka ne sont que deux perroquets qui ont reproduit les ordres des idiots.

Après le dépouillement des bulletins, à Makélékélé 3 par exemple, la défaite cuisante de Claude Ayessa a été actée même par ses propres représentants sur les Procès verbaux, mais il a été déclaré vainqueur par l’intellectuel Guy Georges Mbaka après confirmation par un autre supposé intello au nom de Bouka Henri.

Les deux cas les plus flagrants et tristes sont ceux de Makélékélé 4 et Bacongo 2, où respectivement les échoués au premier tour ont été ramenés au deuxième pour finalement être déclarés vainqueurs. Il s’agit du fils Ukrainien d’Isidore Mvouba, Vadim et de Princesse Gaétan Mouangassa, la pute du régime. Une personne pieuse et responsable ne peut cautionner se moquer de tout un peuple consciente de sa défaite.

Il est démontré à présent que Vadim Mvouba a le cynisme dans ses veines et qu’il est capable du pire pour assurer ses intérêts. Un échoué qui a fêté aussi sa tricherie est un danger dans la société.

A Tchiamba Nzassi dans la localité préférée des militaires Angolais pour leur villégiature, un autre échoué a été déclaré admis. Il s’agit du Vili Christian Makosso, battu à plate couture par Alain Taty Loutard. Mais que peut-on attendre des Vili dans ce pays si ce ne sont que la trahison et soumission?

A Mayoko, la fraude la plus sale a été exécutée par Pascal Léyinda qui s’obstine à faire honte à toute un département des personnes dignes qu’est le Niari. Dans l’école du briguant Pierre Mabiala, il a humilié ses propres parents pour servir les intérêts d’autres personnes. Un vendu tout fait !

Dans la vie, il ne faut jamais louer le diable ni le faire confiance. Elvis Okombi Ntsalissan vient de l’apprendre dans son propre fief où le président local de la CNEI a fui avec les procès verbaux pour réapparaître à Brazzaville chez ses maîtres qui ont propulsé un échoué comme député de Ngo. Il s’agit du fils Gongarad qui fait ses premiers pas dans le monde des fraudeurs et voyous de la république.

Quand une république confie sa gestion aux échoués, tout porte à croire qu’elle aime son autodestruction et c’est ce qui se passe actuellement au Congo depuis le retour au pouvoir par les armes de Denis Sassou Nguesso. Le pays va droit au mur malgré ses potentialités naturelles, il est géré par des voyous.