Brazzaville : Oko Ngakala fait l’état des lieux des centres de détention

0
990

Ces 7 et 8 décembre, le procureur de la République André Oko Ngakala a visité les commissariats de Brazzaville pour s’enquérir des conditions de détention au sein desdites structures. 

Une délégation des pouvoirs publics conduite par le procureur de la République André Oko Ngakala a effectué une tournée des centres de détention provisoire de Brazzaville ce début de semaine. 

Débutée le mardi 7 décembre dans les commissariats de la partie sud de la ville, la visite du procureur de la République André Oko Ngakala s’est poursuivie hier au nord de Brazzaville. 

Pendant sa tournée, André Oko Ngakala a visité le commissariat central du Djoué dans le 2e arrondissement Bacongo, en passant par le commissariat de police de Makélékélé et Madibou. 

En sa qualité de directeur de la police judiciaire, le procureur de la République et sa suite ont aussi visité le commissariat central de police de la Mfoa, de Poto-Poto, de Ouenzé 1 et 2. 

A l’issue de sa visite, le procureur de la République est revenu sur l’objectif de cette inspection « je viens de visiter cet après-midi, les différents commissariats de police de la partie sud de Brazzaville dans le but essentiel de contrôler et vérifier les conditions de détention des personnes placées en garde à vue.«  

André Oko Ngakala a aussi échangé avec les officiers de police judiciaire de la ville de Brazzaville sur les procédures de conduite des enquêtes. 

Cette descente a également été l’occasion pour le procureur de vérifier l’application des mesures relatives à la garde à vue par les officiers de police judiciaire.

En République du Congo, les organisations de défense des droits humains ont multiplié des plaintes relatives aux conditions de détention dans les prisons congolaises et arrestations arbitraires.

Un projet de loi portant code pénitentiaire au titre du ministère de la Justice, a été approuvé le 27 octobre dernier en conseil de ministres. Il fixe les règles de détention des personnes et les rapports entre les détenus et l’administration pénitentiaire.