Alimentation : le Congo renforce son système de contrôle de sécurité sanitaire

0
416

Le nouveau plan d’action national approuvé, le 29 juillet, prévoit la création d’une agence de contrôle de la qualité des aliments produits au niveau local et issus de l’importation.

Le contrôle de la qualité des aliments destinés à la consommation des Congolais reste un défi pour les pouvoirs publics. Les associations de défense des droits des consommateurs tirent régulièrement la sonnette d’alarme au sujet de l’hygiène des aliments, notamment des mauvaises conditions de conservation et commercialisation des produits congelés importés.

À l’ouverture des travaux d’examen par les experts du rapport, le ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Paul Valentin Ngobo, a insisté sur l’intérêt d’améliorer le dispositif national de contrôle qualité des aliments. L’objectif de l’atelier, a-t- il ajouté, était de s’assurer que le nouvel outil proposé s’inscrit effectivement dans les stratégies nationales de développement et que des initiatives prévues s’arriment aux standards internationaux de la sécurité des aliments.

Le dispositif va être mis en place de façon progressive, grâce au soutien attendu des partenaires des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture(FAO) et de la Banque mondiale à travers le Projet d’appui au développement d’agriculture commerciale. Le rôle de la FAO est connu en la matière, à partir des exploitations agricoles, la conservation, la distribution et la commercialisation.

L’agence onusienne est l’unique partenaire, a réitéré sa représentante résidente en République du Congo, Yannick Ariane Rasoarimanana, qui supervise tous les aspects de la filière alimentaire, offrant ainsi une aide aux États pour la sécurité sanitaire des aliments.

« Dans un contexte de la pandémie de Covid-19, la FAO soutient le programme d’intervention et de redressement de la sécurité sanitaire des aliments. Ce programme vise à empêcher que la pandémie ne perturbe le fonctionnement des systèmes alimentaires qui sont essentiels pour la sécurité alimentaire, les moyens d’existence et les économies locales », a indiqué la représentante de la FAO.

Il faut noter que le nouveau plan d’action national de sécurité sanitaire des aliments soutient une approche intégrée et multidisciplinaire de la gestion de la sécurité sanitaire des aliments, ainsi que les solutions globales et réalisables axées sur la filière alimentaire aux problèmes spécifiques concernant la sécurité sanitaire des aliments.