Alain Akouala vendu chez Ndenguet par un journaliste proche de l’opposition

0
7534




 

 

Son éviction du gouvernement a fait couler beaucoup de salive à Brazzaville où son action à la tête du ministère des zones économiques spéciales attirait bien les convoitises de ses détracteurs. Vieux Alino était l’un des rares ministres toujours en action dans une équipe gouvernementale composée des fatigués.

L’enfant de la rue Bakoukouyas de Potal Alain Akouala n’est plus ministre de la république à cause d’un complot bien ourdi par ses détracteurs dont la main exécutoire étonnerait plus d’un Congolais.

Bien que ministre,Alain Akouala n’a jamais oublié ses origines,en gardant sa modestie envers ses amis d’enfance et presque tous ceux qui le fréquentaient.Une visite dans son bureau de la Tour Nabemba a toujours été un moment de partage dans une franchise totale.Même des sujets jugés tabou étaient abordés au point où certains de ses interlocuteurs se demandaient bien être devant un ministre de Sassou.




C’est ce franc parler et ouverture d’esprit qu’un journaliste proche de l’opposition a mis à profit pour soutirer quelques billets de Cfa à Jean François Ndenguet et Hugues Ngouolondélé afin de clouer définitivement vieux Alino.

L’opposition Congolaise et ses satellites regorgent en son sein on le sait tous des traîtres qui pour espèces trébuchantes et sonnantes vendent toutes ses stratégies.

Un journaliste qui du reste a géré plusieurs journaux en papier dont la ligne éditoriale s’alignait contre le pouvoir a été celui que le directeur général de la police en connivence avec Hugues Ngouolondélé ( cousin d’Alain Akouala)a utilisé pour enregistrer l’ex ministre Alain Akouala.

Dans l’enregistrement dont Sacer-Infos a reçu une copie,on peut entendre vieux Alino douter de la capacité de ses collègues ministres à apporter des solutions à la pauvreté chronique des Congolais.

Alain Akouala ne partageait pas non plus la politique répressive du général Ndenguet envers l’opposition et toutes les voix discordantes.Du chef de l’État,vieux Alino s’insurgeait contre son laxisme face à la gabegie et détournement des deniers publics.

Plus d’une heure d’enregistrement rempli de vérités et propositions républicaines qui ont irrité le clan Mbochis,lequel a décidé de l’éjection du gouvernement de ce fils de Poto Poto,considéré comme un réactionnaire.