Agriculture : la première ZAP consacrée au manioc lancée à Inoni Falaise

0
1196

Le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Paul Valentin Ngobo, a procédé le 5 septembre à Inoni-Falaise, dans le district de Ngabé, département du Pool, au lancement des travaux de la première Zone agricole protégée (ZAP), consacrée à la culture du manioc.

Située à quelques encablures de la route nationale n°2, la deuxième ZAP du district de Ngabé compte 30 maisons permettant aux producteurs d’être à l’abri des intempéries et de stocker leurs produits. Sa mise en œuvre est rendue possible grâce à l’appui de l’État congolais en termes de tracteurs et du matériel aratoire tels que les pelles, houes, machettes, brouettes. S’étendant sur une superficie de plus de 400 hectares, elle est constituée de 53 groupements de plus de 500 producteurs. Président de la coopérative Nouvelle vision, Lucien Mokouélé a remercié le gouvernement pour ce geste salutaire. « Je suis très content de la façon dont le ministre est en train d’aider les paysans, en tout cas c’est une bonne idée parce que certaines personnes n’ont pas de moyens pour pratiquer l’agriculture. J’ai l’habitude de cultiver le manioc, cela me fait aujourd’hui environ 35 ans que je pratique l’agriculture », s’est-il réjoui.

Visant l’augmentation de la production du manioc, aliment de base des Congolais, le lancement de la ZAP dédiée à la culture du manioc est la matérialisation de la volonté du président de la République du Congo exprimée dans son message à la nation du 28 novembre 2022.  « En dehors des 407 hectares, nous avons réservé dix hectares pour la réception, en octobre, d’une nouvelle variété en provenance de la Côte d’Ivoire. Une fois plantée, cette variété sera distribuée à travers le pays. La particularité de ce site, il s’agit pour nous de contribuer à l’approvisionnement de l’usine de Kombé qui a une capacité de transformation de dix mille tonnes l’année. Mais, au regard des capacités de production actuelle, nous ne pourrions pas l’utiliser. Donc, il nous faut des sites comme celui-ci pour faire fonctionner convenablement cette usine », a déclaré le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche.

Se trouvant dans la partie sud du pays, une usine des Chinois d’une capacité de dix-huit mille tonnes de manioc est également à la recherche de la matière première. D’où la nécessité de créer de différents sites d’approvisionnement à travers le pays. Paul Valentin Ngobo a, par ailleurs, annoncé de bonnes perspectives pour cette année. « La grande saison des pluies chez nous arrive souvent avec de bonnes nouvelles. Nous avons bon espoir qu’au niveau de la culture du maïs les rendements seront nettement meilleurs que l’année dernière  parce que non seulement ce sont les semences de qualité, mais surtout nous allons renforcer un peu plus en engrais », a souligné le ministre.

S’agissant des nouvelles ZAP, il a annoncé le lancement sous peu des sites agricoles de Gamboma et Ongogni, dans les Plateaux, et celui d’Okoyo, dans la Cuvette Ouest. Quant à la partie sud du pays, le gouvernement prévoit le lancement de plusieurs ZAP dont celle de Nyanga, dans le Niari, vers la frontière du Gabon. « Je crois que la production va augmenter parce que c’est la bonne période. On ouvre au bon moment et nous avons un peu d’engrais au niveau du maïs. Nous sommes sur une terre fertile pour le manioc », a conclu le ministre, précisant que la prochaine ZAP consacrée à la culture du manioc est prévue dans le département du Niari.