7 exploitants forestiers illégaux arrêtés à Mabanda au Congo par les militaires

0
579

Au Congo-Brazzaville, les exploitants illégaux de bois ne semblent pas trop effrayés, encore moins prêts à renoncer à leurs activités illicites, malgré les interpellations enregistrées ici et là. Récemment, des militaires congolais ont arrêté sept (7) exploitants forestiers ayant des permis gabonais dans une forêt proche de la frontière congolaise, à Mabanda, dans la Doutsila.

Les militaires congolais reprocheraient aux exploitants gabonais d’exploiter illégalement le bois dans une zone appartement au Congo.

À cet effet, les militaires qui seraient lourdement armées exigeraient que les responsables des Eaux et Forêts et le responsable de la société s’y rendent (au Congo), pour trouver une solution au différend qui les oppose. Actuellement, l’heure serait à la négociation avec les autorités gabonaises.

Dans une zone où la frontière est plus imaginaire que bornée, un chasseur poursuivant son gibier qu’il a blessé, calibre 12 en bandoulière, a vite fait de se retrouver dans un autre pays.

Le problème de limitation et de démarcation des frontières congolo-gabonaises reste encore entier car la commission mixte ne travaille pas avec sérénité et de manière efficace.

Le secteur forestier est l’une des principales sources de revenus du pays et représente plus de 5% du Produit intérieur brut. Depuis 2016, l’exportation du bois et des produits forestiers secondaires a atteint environ 6% des revenus générés par le secteur extractif du Congo.