600 cadavres trainent dans les morgues de Brazzaville

0
1020

La révélation est faite par le ministre de la Santé ! Les gens meurent en cascade, c’est un fait ! Que les gens ne soient pas enterrés dans les délais, c’est un chaos social !

Répondant à la question d’un sénateur, le ministre de la Santé et de la population, Gilbert Mokoki a révélé le 3 décembre 2021 que plus de 600 cadavres traînaient depuis plus de deux mois dans les morgues de la capitale.

Il s’agit de la morgue municipale, la plus importante, de la morgue de Makélékélé et de la morgue de Talangai, plus modeste. Elles sont toutes gérées par la mairie de Brazzaville, donc relevant du service public. Sur les 600 corps, viennent s’ajouter chaque jour des dizaines d’autres qui meurent de maladie, de faim, de sévices ou de stress, dans les hôpitaux, dans les maisons ou sur les routes et même dans les commissariats de police.

Si pour la plupart des cas, les parents manquent d’argent pour inhumer leurs proches, mais il y a aussi des corps non identifiés, exécutés sommairement, selon les ONG des droits humains.

Les obsèques coûtent cher à Brazzaville. Trop cher même pour le Congolais lambda qui ne peut par exemple s’offrir un cercueil à 250.000 francs CFA pour l’enterrement d’un proche. Les pompes funèbres restent malheureusement une source importante des recettes municipales. Les agents sont obligés de serrer les dents, quelque soit le statut social de la famille éplorée. C’est pourquoi, certains parents disparaissent dès qu’ils sont renseignés sur le plus modeste des devis.

Les familles, ruinées par la crise et la misère endémique, n’en peuvent plus. À chaque décès, enterrer un parent devient un challenge à Brazzaville. Deux semaines après, le budget n’est pas bouclé, les membres de la famille n’atteignant pas la ligne de cotisations, même la plus basse, fixée à 5.000 francs CFA. Il faut se mettre à plusieurs pour y arriver, vendre les biens du défunt s’il le faut, s’endetter ou bénéficier des services de mutuelles !

Combien de cadavres les députés, les sénateurs, les ministres ou les dirigeants de partis politiques, considérés comme les plus riches du pays, ont enterré sans les avoir connus ? Le déséquilibre social est tel que les désespérés de la société frappent à n’importe quelle porte, même celle d’un diable pourtant connu.

Très souvent pour nettoyer les morgues, la mairie s’occupe des enterrements au bout d’une période. En 2020, quelque 200 corps ont été enterrés à la va-vite, parfois sans parent, par la mairie de Brazzaville.


@Arsene SEVERIN