280 millions FCFA pour appuyer les petits producteurs de manioc dans la Bouenza

0
298




Le Fonds international de développement agricole (Fida) va financer un nouveau programme de renforcement d’initiatives liées à la chaîne de valeur du manioc en République du Congo. Ce projet d’une valeur de 500.000 dollars soit 280 millions FCFA sera mis en œuvre avec l’appui de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM).





Ces trois institutions onusiennes ont fait savoir au ministre en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Henri Djombo, leur engagement, lors d’une audience, le 14 octobre à Brazzaville.Cette initiative qui s’inscrit dans le cadre des engagements pris par ces trois agences lors du forum « sur la mécanisation et l’intensification de l’agriculture congolaise », tenu en février dernier, à Amsterdam, consistera à proposer aux petits producteurs des variétés de manioc résistantes aux maladies et un meilleur accès au marché. Des études sur la filière, de préférence et de définitions des normes sanitaires pour le produit est de même prévues.

« Nous pensons qu’à travers cette initiative votre pays bénéficiera du savoir-faire des partenaires chinois dans le cadre de la production et surtout de la transformation du manioc », a indiqué le représentant du Fida, Valantine Achancho, relevant que « ce projet s’inscrit comme un premier jalon d’autres initiatives qui vont se dérouler dans le cadre du financement du Fida mais également des appuis techniques multiformes que le PAM et la FAO apporteront. »




Conscient des engagements pris lors du forum d’Amsterdam et des défis liés à l’autosuffisance alimentaire, le ministre de l’Agriculture espère que ce projet pilote s’exécutera dans les brefs délais.

« L’idée est que ce projet manioc soit emblématique et un modèle en termes de succès, de recherche, de qualité et de rentabilité. Nous couvrirons avant tout le marché national ensuite, nous nous positionnerons parmi les grands exportateurs de manioc », a déclaré le ministre de l’Agriculture.

« Ce sera un projet pilote. Loudima seul ne pourra pas atteindre les objectifs assignés. Il n’est pas exclu que nous créons d’autres centres de production de manioc afin de dupliquer ce projet à travers le pays », a-t-il poursuivi.




Signalons que ce programme s’inscrit également dans une logique de partenariat « sud-sud » public-privé, entre la Chine (représentée par une société privée et le centre de diffusion des techniques agricoles) et le gouvernement congolais, en prévision de la construction d’une usine de transformation du manioc au Congo.

Outre ce nouveau projet au profit des petits producteurs, rappelons qu’une cinquantaine de groupements de producteurs de manioc du département de la Bouenza bénéficie déjà du projet Promanioc.

Financé à près d’un milliard FCFA par l’Union européenne et exécuté par le PAM, ce programme vise le renforcement de la chaîne de valeur artisanale du manioc au Congo.