Turquie : 4 Guinéens interpellés par la police détenaient chacun un passeport congolais

0
1245

Lors d’une rafle de la police Turque à Istanbul dans un quartier habité par les Africains, quatre hommes pourtant bien connus comme étant ressortissants de la Guinée Conakry ont présenté chacun un passeport de la république du Congo pour s’identifier. Un fait qui a énervé des vrais Congolais qui ne comprennent comment le passeport de leur pays se retrouve aussi facilement aux mains des étrangers. Pis encore, des quatre Guinéens, un seul a vécu au Congo pendant un ans, les trois autres n’y ont jamais mis pieds.

C’est la consternation dans la communauté congolaise d’Istanbul suite à l’interpellation de quatre ressortissants Guinéens en possession des passeports du Congo. Les Congolais ont du mal à comprendre comment les étrangers se font délivrer si facilement leur passeport alors qu’eux-mêmes éprouvent toutes les difficultés à en avoir.

Ces quatre Africains interpellés étaient bien connus de tous comme étant originaires de la Guinée Conakry et d’ethnie Peulh. L’un d’entre eux répondant au nom de Mohamed Diallo a vécu une année à Brazzaville où il vendait dans un restaurant avant de retourner dans ce pays.

Pour la communauté congolaise d’Istanbul, on peut comprendre que Mohamed qui a vécu au Congo puisse avoir bien que frauduleusement un passeport congolais, mais pas pour ses trois frères n’ayant jamais mis leurs pieds à Brazzaville.

Un cas similaire a eu lieu à l’aéroport de Madrid en Espagne avec des sujets Syriens en partance pour l’Amérique Centrale. Une magouille s’est installée dans les services d’immigration du Congo où le passeport est devenu une denrée rare et trop coûteux pour le bénéfice des agents.

Les quatre Guinéens interpellés par la police turque étaient des migrants qui projetaient se rendre en Grèce avant de rejoindre la France. Selon eux, ils ont évité de voyager avec des passeports de leur pays pour accéder facilement sur le territoire turque.

C’est à Brazzaville, moyennant la somme de 500.000fcfa chacun que leur frère Diallo a pu les faire délivrer un passeport en leur absence. Ils ont insisté sur leur nationalité Guinéenne pour ne pas être rapatrié vers le Congo, mais plutôt à Conakry.