Affaire Braconnage et Trafic d’ivoire dans le Niari : le maire de Divenié Emile Mabioko Boukala blanchi par la justice

La vérité arrive toujours la dernière, et fort tard, parce qu’elle a pour guide un boiteux, qui est le temps. C’est donc définitif, la décision du Tribunal de Dolisie dans le Niari (sud) vient de tomber dans le cadre de Mabiokogate. L’administrateur maire de Divenié Emile Mabioko Boukala a été totalement blanchi par le Tribunal de Grande Instance de Dolisie. Les agents des Eaux et Forêts de la ville préfecture du Niari écopent chacun de 2 ans d’emprisonnement avec sursis, d’une part, Ils sont aussi condamnés à payer la somme 5 millions de frs CFA à titre de dommages-intérêts à Monsieur Émile Mabioko Boukala, d’autres part. En outre, Mac Odet Massengui alias Makelele a été condamné à payer une amende ferme de 2 millions de frs CFA, à l’État congolais.

Il y a des histoires personnelles qui méritent parfois d’être portées à la connaissance du plus grand nombre, surtout quand ces histoires impactent des personnalités publiques, qui de plus sont, souillées à tort dans leur âme, leur chair et même leur honneur et leur dignité.

Le 17 juin 2021, Emile Mabioko Boukala, administrateur-maire de la Communauté Urbaine de Divenié dans le Niari (sud) faisait la une des médias congolais.

Victime sans conteste de l’excès de zèle d’un certain Charles Ipari, fonctionnaire à la retraite depuis août 2020, mais toujours en fonction en qualité de Directeur Départemental des Eaux et Forêts dans le Niari, le maire indument présenté comme un vulgaire malfrat, molesté et déshabillé, était cité dans une affaire de braconnage et trafic illicite des pointes d’ivoire.

Depuis, la justice a suivi son cours, avec un jugement rendu vendredi 4 mars 2022, aux dépends de ceux qui l’accusaient malencontreusement.

Des accusateurs qui n’ont pu justifier leurs allégations.

Lorsque le Tribunal de Grande Instance de Dolisie qui s’est saisi de l’affaire, décide de vérifier l’information à la source, neuf mois se sont passés depuis les faits qui remontent au 3 juin 2021.

Le juge écoute toutes les versions, au terme d’une procédure patiemment menée, il donne la parole à chacune des parties.

Emile Mabioko Boukala, maire de Divenié fait des révélations troublantes, qui laissent éclater la vérité dans une affaire où les médias, notamment la presse audiovisuelle et écrite de Brazzaville, avaient royalement ignoré le principe du contradictoire ainsi que la présomption d’innocence pour l’authenticité de l’information, pour protéger les droits et libertés fondamentaux de la personne humaine, au lieu de diaboliser gratuitement une autorité, en présentant Emile Mabioko boukala, administrateur-maire de Divenié, comme un braconnier et trafiquant des pointes d’ivoire.

Curieux tout de même que dans cette affaire, le maire de Divenié n’ait même pas bénéficié de la protection de l’administration préfectorale du Niari dont il relève.

Faisant preuve de respect de l’obligation de réserve qui s’impose dans l’exercice de ses fonctions, le Maire de Divenié est resté stoïque et a fait confiance à la justice de son pays.

Neuf mois après, le début de cette rocambolesque histoire, les cinq agents de l’économie forestière de Dolisie, en l’occurrence Mac Odet Massengui alias « Makelélé », Davy Kamba Mampassi, Alfred Ngassa, Gontran Audrey Matondo Malonga et François De Paul Malonda ont été inculpés pour diffamation, coups et blessures volontaires et ont comparu à l’audience correctionnelle du vendredi 11 février 2022 du Tribunal de Grande Instance de Dolisie.

Les juges et autres magistrats dudit tribunal ont œuvré à la manifestation de la vérité.

La salle d’audience est prise d’assaut par le public, qui veut enfin avoir la version tant attendue du maire de Divenié.

Avant d’en arriver là, plusieurs actes de procédure judiciaire ont minutieusement été accomplis par Anicet Thimoté Massounguila, juge du troisième cabinet d’instruction près le tribunal de grande instance de Dolisie, transport sur les lieux, aux localités de Mila-mila et de Divenié en présence de toutes les parties, de leurs conseils respectifs, du juge d’instruction, du procureur de la République et des éléments de la Force publique.

Appelés tour à tour à la barre, le vendredi 11 février dernier, les cinq prévenus ayant pour conseils Maitres Armand Ongoundou et Didier Crescent Nzahou, ont unanimement et malicieusement nié les faits à eux reprochés.

Dès lors et suivant la procédure d’usage, le tour revenait à Emile Mabioko Boukala ayant pour conseil Maitre Dieudonné Mbama, de passer à la barre pour donner sa version des faits.

L’homme se dit victime d’une dénonciation calomnieuse, car lynché, menotté, déshabillé puis projeté dans le coffre d’une voiture par les agents des Eaux et Forêts, dans la nuit du 3 au 4 juin 2021 au village Dibeni, c’est grâce au professionnalisme des services de police, qui sont arrivés à temps sur les lieux qu’il doit la vie sauve.

De cette nuit folle, Emile Mabioko Boukala fait le récit détaillé. Celui-ci corrobore les consignations des procès-verbaux de la Police.

Le récit des faits est d’une rare violence.

En ce jour du juin 2021, à bord de son véhicule Emile Mabioko Boukala part de Divenié pour Dolisie avec Madame Ella Mboudi et son bébé, à la demande de son conjoint.

Chemin faisant, c’est dans le District de Nyanga qu’il répond aux sollicitations de deux autres dames (Mme Eve et Mme Jade), qu’il prend également à bord. Elles sont chargées des sacs de maniocs, d’arachides, des sacs de vêtements, des régimes de banan