Tshisekedi prône un partenariat gagnant-gagnant entre l’Afrique et les pays du G20

0
290

Le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo prône, au nom de ses collègues africains, dans son allocution prononcée vendredi à Berlin, au 4ème Sommet du pacte du G20 avec l’Afrique (Compact with Africa) , l’établissement d’un partenariat gagnant-gagnant entre l’Afrique et l’ensemble des pays membres du G20.

Le Président congolais qui a déploré l’insuffisance des résultats, sur le continent,  des financements alternatifs desdits pays qui « ont parfois conduit au surendettement de certaines nations africaines »a, en outre,  demandé à ces partenaires de repenser, aux côtés des africains, « un modèle approprié de financement des infrastructures grâce aux outils proposés notamment par l’Union Européenne ».

«Grande pourvoyeuse de matières premières, l’Afrique sollicite une plus grande implication de ses partenaires dans le processus de transformation de ses ressources. Le Pacte du G20 avec l’Afrique est important pour combler le grand déficit en infrastructures du continent »,a-t-il expliqué.

Le chef de l’Etat, président en exercice de l’Union africaine, n’a pas toutefois manqué de remercier les partenaires multilatéraux dont le soutien financier vient de se matérialiser, selon lui, avec la nouvelle allocation de 650 milliards USD de Droits de Tirages Spéciaux (DTS) du FMI, au profit des économies des Etats du continent.

Le Président Tshisekedi, trouvant ces fonds, par ailleurs, insuffisants, a rappelé, dans son discours, l’objectif du Sommet de Paris d’atteindre 100 milliards USD, grâce à la réallocation d’une partie des DTS des pays riches non-utilisés vers les pays pauvres.

La Chancelière allemande et les économies africaines post-COVID-19

Par ailleurs, en dehors du discours  du président en exercice de l’Union africaine, Félix Antoine Tshisekedi, celui de la chancelière allemande Angela Merkel, marraine de la 4ème édition de « Compact with Africa », a retenu l’attention de l’opinion, notamment dans son volet lié  à la relance des économies africaines, pendant et après la COVID-19 ainsi que qu’aux investissements dans le domaine sanitaire, en vue d’accroître la capacité des pays africains de vacciner leurs populations.

Dans cet ordre d’idées, Félix Antoine Tshisekedi a proposé des stratégies thérapeutiques, en recourant aux produits efficaces et vaccins, made in Africa, pour combatte la COVID-19.

La chancelière allemande  a fait une plaidoirie en faveur des économies des pays africains, sensiblement affectées par les affres de différentes vagues de la pandémie de COVID-19, qui ressentent le besoin d’être boostées par le vieux continent.

Les intervenants africains lors de ce Sommet, le congolais Félix Antoine Tshisekedi et le sud-africain Cyril Ramaphosa ont rendu  hommage à la Chancelière allemande Angela Merkel, arrivée fin mandat,  pour avoir porté l’Afrique au niveau de grandes instances internationales, rappelle-t-on.

ACP/