Sûreté et sécurité maritimes : l’exercice Obangamé express 2023 a pris fin sur une bonne note

0
1007

Le secrétaire permanent du comité interministériel de l’action de l’Etat en mer et dans les eaux continentales, Eric Olivier Sébastien Dibas-Franck, a clôturé le 3 février à Pointe-Noire l’exercice multinational Obangamé express 2023. Un exercice qui vise à renforcer la sûreté et la sécurité maritimes dans le golfe de Guinée, en soutenant l’opérationnalisation de l’architecture de Yaoundé.

Obangame veut dire ensemble ou encore être ensemble. Cette activité internationale se fait dans le cadre de l’exercice de la présence maritime coordonnée (PMC). Les Occidentaux se relaient dans les eaux du golfe de Guinée avec leur marine nationale et font profiter aux marines nationales locales des exercices mis en œuvre.

Pendant plus de dix jours, les thématiques liées à l’action de l’Etat en mer et dans les eaux continentales ont permis aux différents acteurs maritimes de renforcer et d’évaluer les capacités des administrations à intervenir efficacement contre les menaces maritimes afin de promouvoir l’économie bleue.

Cette activité a porté sur la recherche et le sauvetage, le trafic de drogue, la piraterie et bien d’autres. Les unités de patrouille de la République démocratique du Congo, de l’Angola, du Brésil, du Congo et le navire 5-février 1979 ont participé à une phase d’engagement de force en mer dans la zone.

Une séance plénière mais également des exercices de simulation sur la recherche et le sauvetage en mer impliquant des patrouilleurs d’intervention rapide ont été à l’ordre du jour. La journée VIP, marquée par un scénario de trafic de drogue, a été le clou des activités.

Nécessité de travailler en synergie

Aujourd’hui, après cette expérience, les marins congolais peuvent assurer aux générations futures que la mer n’est pas une barrière mais plutôt un facilitateur de développement. Cependant, pour faire face aux différents défis et menaces, il leur faudra être ensemble, travailler en synergie et surtout renforcer la coordination et la mutualisation de leurs capacités au plan national, régional et international. « C’est ainsi que nous serons en permanence à la passerelle en mer au gré d’écart du jour et de la nuit, et quelle que soit la météo pour répondre à l’une des directives du président de la République sur la vigilance en tous temps pour protéger nos frontières liquides et nos intérêts économiques et environnementaux en mer et dans les eaux continentales », a renchéri le contre-amiral, René Nganongo, chef d’état-major de la marine nationale, directeur de l’exercice Obangame express 2023 à l’ouverture.

Aussi, le chef d’état-major de la marine nationale a fait savoir que la montée en puissance est belle et bien effective avec la mise en place du Secrétariat permanent par l’Etat congolais, une structure qui servira d’interface au niveau de toutes les administrations concernées par les activités en mer et dans les eaux intérieures.

Dans son mot de clôture de l’exercice, le secrétaire permanent du comité interministériel de l’action de l’Etat en mer et dans les eaux continentales, Eric Olivier Sébastien Dibas-Franck, a rendu hommage au chef de l’Etat pour sa vision qui a permis d’asseoir aujourd’hui cette meilleure gouvernance en matière de sûreté et de sécurité maritimes.

Eric Olivier Sébastien Dibas-Franck a tenu à rappeler aux uns et aux autres que le 29 octobre 1998, à la faveur de la conférence ministérielle des Etats de l’Afrique de l’Ouest et du centre sur le transport maritime, le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, avait déjà parlé du management stratégique de la mer, tout en invitant les participants à s’approprier aussi bien la mer que les eaux continentales. « Aujourd’hui, grâce à cet exercice,  nous pouvons dire que c’est une réponse concrète à cette exhortation du président de la République », a-t-il dit.

Cependant, pour la bonne marche des choses et surtout afin de permettre aux Congolais de comprendre le concept de « l’économie bleue ». « Nous sommes dans un environnement d’initiés, je vous exhorte de porter la bonne nouvelle pour que les Congolais comprennent ce que c’est que l’action de l’Etat en mer et dans les eaux continentales car, chaque fois que l’on en parle, on a l’impression de prêcher dans le désert », a-t-il conclu.

Notons que c’est en 2011 que le Congo a commencé l’aventure Obangame express qui a permis une interopérabilité entre les marines et les structures de coordination sous- régionales et régionales. À la fin de l’exercice, des certificats d’appréciation ont été remis aux participants et pour immortaliser cette activité, une photo de famille a été prise.