Sommet du G20: le climat au programme, mais aussi et toujours le Covid-19

0
398

Les dirigeants du G20 se retrouvent à Rome ce week-end avec un agenda chargé : à la veille de la COP26, on parlera beaucoup de climat. Mais il sera aussi question de la lutte contre le Covid-19 et de relance de l’économie mondiale.

Le Covid-19, qui a contraint le G20 à se contenter d’un sommet virtuel l’an dernier, demeure en 2021 une préoccupation majeure du club des pays les plus riches de la planète.

Car la pandémie n’est pas terminée. À cause du regain de coronavirus dans leurs pays respectifs, le président russe Vladimir Poutine et son homologue chinois Xi Jinping ont renoncé à faire le déplacement. C’est du moins leur excuse officielle.

Pour en finir avec cette pandémie, le G20 devrait souscrire à l’objectif de l’OMS : atteindre 70% de vaccination dans le monde d’ici à la mi-2022, alors que dans les pays les plus pauvres, seulement 5% de la population a reçu une dose à ce jour.

Le climat au programme des discussions de la matinée

L’autre ambition toute aussi urgente, c’est la lutte contre le réchauffement climatique mais rien n’est acquis à cette heure. Le secrétaire général des Nations unies António Guterres vient d’appeler les dirigeants des pays riches présents à Rome à se mettre sur le bon chemin à la veille de la COP26.

L’hôte de ce sommet, l’italien Mario Draghi souhaite un engagement ferme sur la sortie du charbon, mais pour le moment les principaux concernés n’ont pas envoyé des signes très encourageants, la Chine n’est pas représentée par son président, l’Inde et l’Indonésie, deux autres grands consommateurs de charbon n’ont rien promis pour le moment, le président Macron doit rencontrer le président Widodo puis Narendra Modi, pour en discuter.

Le G20 c’est 80% du PIB mondial et aussi 80% des émissions de gaz à effet de serre. C’est donc bien dans  cette instance que doit être donnée l’impulsion pour limiter le réchauffement à 1,5 degrés, l’objectif qui sera discuté à Glasgow à la cop 26. 

Des annonces audacieuses, ce serait la divine surprise de ce sommet. Elles pourraient donner un élan à la conférence climat qui se tient dans la foulée.

Les chefs d’Etat vont aussi parler relance de l’économie 

C’est également à l’ordre du jour de la matinée. La France a enregistré une croissance stupéfiante au troisième trimestre (+3 %), a-t-on appris hier, mais cela n’empêche pas les inquiétudes du président sur la flambée des prix de l’énergie qui pourrait compromettre cette reprise en France comme dans toute l’Europe. Dans une interview à nos confrères du Financial Times le président Macron appelle les dirigeants du G20 à se coordonner pour stabiliser les prix en agissant sur les stocks. On verra si sa proposition est entendue. Enfin les dirigeants des pays les plus riches de la planète vont parler de l’autre menace qui pèse sur la reprise, les pénuries en tout genre, et de la dette des pays pauvres, un sujet récurrent du G20.