Sassou promet pour 2025 de l’eau potable dans les robinets des Congolais 24h/24h

0
1559

Papa promesses a encore frappé en faisant fi à sa mythomanie née dans les années 80 avec la folie de l’autosuffisance alimentaire d’ici à l’an 2000. Après près de 40 ans au pouvoir avec un contrôle total et tribal de tous les leviers, Denis Sassou Nguesso a l’audace en 2023 de continuer à se foutre de la patience des Congolais avec des balivernes. Le Mbochis président populaire d’Oyo a promis qu’en 2025 aucun Congolais ne manquerait de l’eau potable.

Un dirigeant normal ayant toutes ses facultés mentales et un minimum d’intelligence ne se contenterait jamais des bricoles dans un pays aussi arrosé naturellement comme le Congo. Des milliards ont été jetés à la poubelle et dans les poches des brésiliens d’Asperbras pour la construction des forages dans tout le Congo alors qu’il suffisait juste de construire des systèmes efficaces de distribution d’eau pour résoudre ce problème.

Aujourd’hui, 99 % de ces forages ne fonctionnent plus et les populations sont repartis vers leurs anciennes sources d’approvisionnement en eau. Un diplomate de la Likouala n’a-t-il pas raison d’affirmer que la poisse du Congo est celle d’avoir le clan Sassou au pouvoir.

Après 63ans d’indépendance et 40ans de pouvoir absolu de Denis Sassou Nguesso, les centres-villes des deux principales capitales du Congo ne sont pas alimentées de façon permanente en eau potable. Des citernes estampillées « eau potable » circulent constamment au centre-ville de la capitale Brazzaville pour livrer de l’eau dans des domiciles, hôtels… Et quelque part il y a des gens qui disent que Sassou travaille !

Dans la diarrhée verbale qui caractérise ses limites intellectuelles, Denis Sassou Nguesso a déclaré à Johannesburg en marge du sommet des BRICS que son pays était sur le point d’atteindre le « eau pour tous ! ». Selon lui, son gouvernement sous sa houlette a consenti d’énormes efforts pour qu’en 2025, de l’eau potable coule dans les robinets partout au Congo de façon permanente.

« Le vieux là ne vit plus dans le même Congo que nous ! Il est dans un autre Congo peut-être avec sa famille et son clan. Comment peut-il débiter de telles inepties ? » a confié un membre Mbochis de la délégation congolaise en Afrique du Sud