Présidentielle 2021 : Sassou aura-t-il le courage de faire encore des promesses au peuple ?

0
1068




Lentement mais sûrement, le Congo avance vers la présidentielle de mars 2021, dont l’actuel chef de l’État, est candidat à sa propre succession malgré un bilan catastrophique. Les Congolais attendent avec impatience le contenu des promesses électorales du candidat Sassou Nguesso avec la sensation du « déjà vu et entendu ». N’ayant pas réalisé ses promesses de 2016, Sassou Nguesso va-t-il oser débiter encore des mensonges lors de la campagne électorale ? Wait and see !




Le 18 mars 2016 au boulevard Alfred Raoul ,sur la tribune, DSN, tout de blanc vêtu, s’est évidemment porté garant de la sécurité, dans ce pays qui fut secoué par une terrible guerre civile en 1997. Une guerre qui lui permit, par ailleurs, après un intermède de cinq ans, de retrouver le pouvoir précédemment conquis en 1979.




Sassou avait juré que son prochain quinquennat sera consacré « à l’économie et au social », surtout, avait-t-il promis, en direction d’une jeunesse souvent désœuvrée. Car malgré ses richesses pétrolières – le Congo est le quatrième producteur d’or noir d’Afrique subsaharienne – le chômage est endémique et le niveau de vie de la population ne décolle guère.

ÉDUCATION




Alors que des spécialistes affirment que le système éducatif a une production déséquilibré en contradiction avec le marché national de l’emploi avec une surproduction des diplômés sans qualification et une sous production des diplômés ne correspondant pas forcement aux besoins de l’économie, le candidat Sassou Nguesso, promettait une réponse rapide à ce problème par l’organisation des États généraux de l’éducation et une reforme totale du système éducatif. Cinq ans après, ses paroles sont toujours sans effets et rien n’a été fait, le système éducatif va de mal en pire.

EMPLOI DES JEUNES

Partout où le candidat Sassou Nguesso est passé, il a promis du travail aux jeunes, soit à la fonction publique, soit dans les entreprises qui verront le jour. A ce jour, 8 sur 10 jeunes Congolais sont au chômage et la délinquance, l’allégeance aux vieux loubards sont devenues des ponts de survie de cette jeunesse.




POINTE-NOIRE 

Dans la capitale économique congolaise, le candidat Sassou avait promis durant son mandat la construction enfin d’une université à Loango, la modernisation de la ville et surtout le lancement des travaux du barrage de Sounda. A ce jour, Pointe-Ville ressemble toujours à un gros village et aucune université n’y a vu le jour, non plus un barrage.

Énumérer toutes les promesses non tenues du candidat Sassou en 2016, peut conduire à écrire un livre de 1000 pages. On se demande bien s’il reviendra sur les mêmes promesses lors de sa prochaine campagne ou va-t-il créer d’autres mensonges.