Niger : le Congo disposé a envoyé 150 militaires pour participer à la force de la CEDEAO

0
2109

C’est ce vendredi que les chefs d’État major des armées des pays membres de la CEDEAO vont boucler leur conclave à Abuja où ils peaufinent des stratégies sur l’intervention au Niger. Cette organisation sous régionale a décidé de rétablir par la force le président déchu Mohamed Bazoum, encore détenu par les militaires. Par amitié à son ami Bazoum, Denis Sassou Nguesso s’est dit disposé à participer à cette force militaire en envoyant 150 militaires congolais appartenant à au groupement des para-commandos ( GPC )

Le Niger est en proie de se transformer en un terrain d’affrontement entre armées africaines dans l’unique but de satisfaire aux désidératas impérialistes de la France et l’occident qui manipulent la CEDEAO. La prise du pouvoir par les militaires a mis fin au règne d’une marionnette de la France qu’était Mohamed Bazoum, et cela menace leurs intérêts d’où l’instrumentalisation de cette organisation sous régionale.

Le Sénégal, Bénin et la Côte d’Ivoire ont déjà fait savoir qu’ils participeraient à cette force militaire dont le commandement sera assuré par le Nigeria dont le sénat a voté défavorablement à cette option militaire.

Le Niger a reçu le soutien militaire du Mali et du Burkina Faso et en moindre mesure de la Guinée Conakry. Des africains vont se faire la guerre à cause de la France qui instrumentalise la CEDEAO.

Comme au Mali et Burkina Faso, les militaires nigériens viennent de dénoncer les accords de défense les liant avec la France. Les médias RFI et France 24 ont été aussi suspendus. Les militaires nigériens ont promis de riposter contre les pays dont les militaires agresseront le Niger.

Contrairement au Tchad dont le président s’est vite rendu compte d’être utilisé par la France dans un conflit Ouest Africain, le Congo se dit prêt à envoyer 150 de ses militaires pour renforcer cette force militaire.

Dans l’entourage du président congolais, on évoque sa volonté de combattre les putschs en Afrique bien que lui-même en soit un spécialiste.

Denis Sassou Nguesso est marché sur les cadavres de plus de 5000 congolais pour reprendre le pouvoir alors que les militaires nigériens n’ont tué aucun de leurs compatriotes lors de leur coup d’État. Les 150 militaires que le Congo compte mettre à la disposition de la CEDEAO appartiennent aux forces d’élite du GPC.