L’ex Dg Canadien du CHU-B affirme que des vétérinaires sont devenus des médecins

0
2615




Sylvain Villiard, l’ex directeur général du CHU de Brazzaville a missionné de ses fonctions profitant de ses vacances au Canada. A Brazzaville, le ministère de la santé a tenté de faire croire qu’il s’agissait de la fin d’un contrat, oubliant qu’à sa présentation, tout le monde connaissait la durée de celui-ci. Acculé par la mafia installée au CHU qui aurait même employé la magie noire, le canadien qui a rendu le tablier a dénoncé la marmaille du dit hôpital dont les vétérinaires sont devenus médecins, des simples mécaniciens, et coiffeuses personnel soignant.




Quand il prenait ses fonctions en janvier 2019, la canadien Sylvain Villiard rêvait de faire du CHU, une référence au Congo par un lavage drastique de sa mauvaise image. Tous les médias du pouvoir l’ont présenté comme un expert. Voici d’ailleurs ce que les dépêches de Brazzaville écrivait de lui : « De nationalité canadienne, le nouveau directeur général du Centre hospitalier universitaire (CHU) de la capitale congolaise est avocat et gestionnaire aguerri. Il a fait ses preuves dans les milieux des affaires et au sein du secteur public.

Sylvain Villiard a piloté le projet de modernisation du Centre hospitalier de l’Université de Montréal, au Canada. C’est un homme nanti des connaissances en matière des contrats de construction et des services professionnels. Il a aussi une riche expérience dans les transactions immobilières, la finance, l’informatique et d’autres secteurs.

Le nouveau directeur général du CHU de Brazzaville possède une expérience dans la gouvernance des structures de la santé, les transports et le droit de propriété intellectuelle. Il est diplômé de la Haute école de commerce de Montréal. »




La semaine africaine renchérissait quelques jours plus tard : « Le CHU de Brazzaville : Le nouveau DG , Sylvain Villiard est en train de tout verrouiller.

Bonne gouvernance, lutte contre l’hémorragie financière: le nouveau directeur général du Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU-B) ne s’en laisse pas conter.

Désormais, le CHU n’est plus la vache à lait de certains réseaux maffieux. Le Canadien est en train de tout verrouiller. Il est regardant sur toutes les dépenses. Le fameux système qui consistait à allouer une indemnité dite commissions et comités sous forme de rémunération aux agents de l’administration pour leur participation, n’a plus droit de cité. Il l’a fait suspendre par le Comité de direction lors de sa dernière session, le 3 juin dernier.

Une mesure spectaculaire qui ferait grincer des dents. Il paraît qu’il ne reposait sur aucun texte. Ces sommes d’argent seront désormais utilisées pour des soins cliniques.




Le nouveau DG du CHU est en train de marquer des points, mais jusqu’à quand et jusqu’où pourra-t-il maintenir ce cap? »

Malheureusement Sylvain Villiard n’a pas pu maintenir le cap, confronté à toutes les difficultés du monde provoquées par l’intersyndical en connivence avec la mafia quia élu domicile dans cet établissement.

Aujourd’hui, loin du Congo, la canadien affirme avoir été surpris de constater la présence des médecins avec des formations de vétérinaire. Des infirmières jadis vendeuses au marché ayant appris dans le tas. Des hommes politiques ont pistonné leurs parents, rendant pléthorique les effectifs.




Dans ses conversations avec le personnel soignant, Sylvain Villiard affirme avoir eu des larmes aux yeux en apprenant leur passé hors de la médecine. L’ex Dg était étonné de constater chaque fois les erreurs répétitives des médecins sur les diagnostics. Des malades mourraient pour des erreurs médicales dues essentiellement à la méconnaissance du personnel soignant.

A un moment, il lui est arrivé l’idée de fermer le CHU et de licencier tout le monde et repartir à zéro. Quelques indiscrets lui ont promis la mort , s’il s’aventurait dans cette voie.En un mot, le CHU est un business dont tirent aussi les ficelles les autorités politiques, d’où leur incapacité à éradiquer le système mafieux. Ne connaît-ont pas la rapidité avec laquelle, les opposants sont neutralisés dans ce pays ? Le désordre du CHU fait tout simplement du plan des autorités de paupériser la population afin de la rendre dépendante et assujettie à la politique.




Pour Sylvain Villiard, quoique l’on dise, ou l’on fasse, le problème du CHU ne trouvera aucune solution tant la volonté des autorités politiques est la souffrance des Congolais.