Les idiots et pleurnichards de Madingou qui accompagnent la dictature au Congo

0
1264




Après un cafouillage médiatique sur la non participation au dialogue du pouvoir à Madingou, la majorité des leaders de l’opposition ont convergé,escorté par ce même pouvoir qu’ils combattent vers la capitale de la Bouenza. Ceux qui défendent tant la souffrance du peuple n’ont pas hésité à monter dans un avion au lieu de faire la route pour juste quelques 200 km. A la fin de ce pic-nic politique, cette nulle opposition a eu néanmoins le toupet de monter au créneau pour crier avoir été enculée.




Le Frocad-Idc-J3M a vécu. La nouvelle frontière de l’opposition se dessine apparemment entre madingouistes ou non. Ce n’est pas le principe de participation qui me dérange, mais de se féliciter d’un nouveau succès du régime qu’on tente de maquiller en victoire du peuple sans expliquer, d’agresser verbalement ceux qui n’ont pas participé et de sceller ces nouvelles fiançailles qui donneront leur conférence de presse le 30 novembre, avec ceux qui se couchent systématiquement aux lendemains des usurpations.




Deux jours au lait et au miel à Madingou dans la Bouenza aux sons du Muntunta ( musique beembée) et à la découverte des produits agricoles de ce riche département du pays, les idiots qui composent l’opposition congolaise ont accompagné sagement le pouvoir de Brazzaville dans sa justification face à l’opinion internationale d’un consensus pré-électoral, une sorte du monopartisme consensuel et inclusif.




A la lecture du communiqué final sanctionnant cette villégiature à Madingou ; il est clair que l’opposition n’a rien obtenu, sinon conforté les positions du parti au pouvoir. Il se raconte même que ce communiqué a été rédigé à Brazzaville bien avant même ce pic-nic.

Aujourd’hui, 30 novembre 2020, cette bande d’accompagnateurs va se retrouver au siège de l’UPADS à Diata pour embrouiller le peuple. N’ont-ils pas eu le temps de dire dans les yeux au pouvoir à Madingou, ce qu’ils vont balancer ?




Ni la libération des détenus politiques, ni une CENI indépendante, ni une révision consensuelle des listes électorales qui ont inversé la démographie du Congo, ni, ni, ni…Ils n’ont rien obtenu si ce ne sont les miettes comme per-diem.