La déviation GPC-Moukondo dans une dégradation avancée

0
562

La dégradation du tronçon Ngamaba-Moukondo continue à impacter la circulation routière dans cette partie de Brazzaville, et les chauffeurs sont contraints de prendre des déviations, avec pour incidence sur leur véhicule qui ont du mal à rouler sur le sable argileux tapissé de boue. 

Les routes de Mfilou ne cessent de se dégrader au jour le jour. Au niveau du camp militaire JPC, devant l’impossibilité d’avancer, les gros véhicules font demi-tour pour ne pas courir le risque de s’embourber, et se laisser pendre au piège, à l’instar de certains  véhicules. Ce qui fait que les passagers sont obligés de descendre, tandis que le chauffeur doit solliciter de l’aide pour dégager le  véhicule de la boue.

 « La route principale qui quitte la mairie de Mfilou-Moukondo est impraticable. Les véhicules et les piétons sont contraints d’emprunter les déviations pour se rendre à Moukondo. Le mauvais état de cette route date de plus de 10 ans. A tel enseigne pour parcourir sur l’avenue Ngamaba à partir de Moukondo à la mairie de Mfilou par véhicule est un véritable casse tête surtout en saison de pluie »

Les usagers sont contraints d’emprunter les voies les déviations telles que le Camp GPC, qui se trouve également dans un état piteux. « A cette allure  nos véhicules risquent de s’abîmer, pourtant nous payons les taxes de roulage », déplore Clémentine Nkodia.

Un chauffeur de transport en commun, Moise Bienvenu Miala, estime que le manque des collecteurs d’eau serait à l’origine de la dégradation de voie Mairie Mfilou -Moukondo « Le gouvernement devrait construire des grands collecteurs à Sadelmi afin de canaliser les eaux de pluies, et éviter que la boue et le sable après les pluies envahissent la voie de Ngamaba.

« Ces eaux ne laissent aucun espace aux piétons et aux véhicules. Je suis obligé de réduire le trajet pour ne pas abîmer de plus bel mon véhicule. Je quitte Moukondo pour m‘arrêter au croisement l’ombre, imaginez la souffrance que subissent les femmes qui ont parfois des colis à transporter jusqu’à  l’autre rive, c’est pénible », poursuit t-il.

Face au cri de cœur des populations la Mairesse de Mfilou Sylvia Makosso Ngakabi appel ces dernières à la patience. « Quand je vois les habitants de Mfilou souffrir, cela m’affecte. Mais je leur demande d’être patient, parce que les projets d’urbanismes de la ville sont en cours, le Chef de l’Etat  s’emploi à trouver des solutions en vue de soulager les souffrances des populations victimes des inondations », rassure-t-elle.

La mairesse de Mfilou estime que la patience est la meilleure des choses, et elle finit toujours à produire les fruits.

La détérioration des routes en saison de pluie dans les quartiers de Mfilou, oblige ces habitants à emprunter les voies secondaires , dont plus d’une  constitue un risque pour les piétons à des heures tardives. A l’instar d’une maison en étage en construction abandonnée, dont une partie sous forme d’un tunnel  sert de passage pour la population.