La Congolaise Des Eaux : les congolais boudent l’eau du robinet qui coule avec une forte teneur en javel

0
528

Cette semaine, les populations de quelques quartiers de Brazzaville ont été  offusquées par la qualité de l’eau de leurs robinets alors qu’il y a quelques temps, une pénurie d’eau a été constatée dans ces quartiers. Cette fois-ci, l’eau de La Congolaise des Eaux (LCDE) n’a pas été rouge ou jaune mais plutôt blanchâtre avec une forte odeur de javel. Epris de peur, certains ont préféré s’abstenir de la consommer et d’autres ont attendu des heures après avant de la consommer.

Heureux de constater que l’eau a été rétablie, Manuel habitant de Nkombo (dans l’arrondissement 7 Mfilou) a été stupéfait de remarquer que l’eau qui coulait de son robinet avait une couleur très blanchâtre et ne s’en était pas inquiété parce qu’au contraire, la LCDE a bien nettoyé cette denrée indispensable. Mais en poursuivant sa corvée d’eau, il s’est rendu compte qu’en réalité, cette eau sentait énormément de Javel. Cela ne l’avait guère étonné car, c’est avec cette matière qu’on procède pour rendre l’eau potable et a consenti de laisser reposer pour pouvoir la consommer. Mais après des heures, l’eau est demeurée blanche, toujours avec l’importante odeur de Javel. Inquiet, il a pris la  résolution de la faire bouillir pour pouvoir l’utiliser et s’épargner des longues distances pour puiser de l’eau. Cette eau est comparable à lorsqu’on prend des grains de javel pour des utilisations ménagères. Les congolais attendent des éclaircissements de la part de la LCDE.

Un autre client dans la même situation résidant à Massengo, a laissé reposer cette eau pendant des jours pour expérimenter peut-être un changement et a vu que son eau a gardé son côté blanchâtre et son odeur. Cette situation représente un danger pour la santé de la population et attriste les consommateurs.

Plongez un vêtement noir dans cette eau, vous remarquerez des taches de couleurs brunes dessus.

Que s’est-il passé à la LCDE ? S’agit-il d’un faux pas à la station de traitement d’eau qui a laissé aller des grains de javel en plus? Mesure-t-on les conséquences de  cette eau sur les  organismes des populations ? Et si se posaient des problèmes  d’intoxication ou d’une quelconque maladie, y aura-t-il une prise en charge ? Comment peut-on se proposer une eau d’aussi mauvaise qualité à la population ?

Après avoir recontacté l’un des consommateurs, il a laissé entendre que la teneur en javel avait quand-même diminuée. Ces clients ont préféré de ne pas se rendre dans les agences LCDE pour se plaindre, car ils ne sont pas sûrs d’être écoutés ou reçus.

En rappel, les semaines passées les habitants des quartiers comme Nkombo, Massengo, Ngamakosso, etc, ont été confrontés à une pénurie d’eau. Ce qui a occasionné des spectacles de bidons jaunes à travers les avenues de Brazzaville.

D’après une étude, la forte présence de chlore dans l’eau est identifiable au goût désagréable que ce dernier procure à cause de l’odeur dégagée du javel.

« Lors du processus de chloration, le chlore se lie aux matières organiques présentes dans l’eau afin de les éliminer. De cette réaction chimique naissent les dérivés de chlore appelés également “les sous-produits de chloration”. Néfastes, ces dérivés sont une véritable bombe à retardement pour la santé humaine ».

Le mélange du chlore avec les matières organiques entraîne la production de plusieurs éléments tels que les sous-produits cancérigènes allant du cancer de la vessie du rectum, des risques de fausses couches, les maux de ventre et des maux d’estomac.

Par Christie Pambou