Hypocrisie : pour ne pas froisser Kagamé, Sassou refuse toute assistance militaire à la RDC

0
1294

Le 4 juin dernier à Oyo, Denis Sassou Nguesso qui recevait son homologue Felix Antoine Tshisekedi, déclarait que les tensions entre la RDC et le Rwanda devraient se régler par le dialogue et invitait les deux parties à privilégier cette option. Dix jours plus tard, le Rwanda sous le masque du M23 attaquait les positions des FARDC et contrôle à ce jour la ville frontalière de Bunagana. Brazzaville aurait refusé d’apporter une assistance militaire à Kinshasa qui lui a demandé deux hélicoptères de combat et un avion de chasse. Sassou qui vient de donner des terres à Kagamé contre un paiement de 140 milliards ne veut pas froisser Kigali.

Alors que son frère naturel est attaqué par le Rwanda dont les militaires camouflés au sein du M23 occupent la ville frontalière de Bunagana, Denis Sassou Nguesso juge bon de ne pas froisser Kagamé qui lui a versé quelques 140 milliards pour 12000 hectares des terres . Comme quoi pour de l’argent, il est capable de sacrifier et abandonner son frère Bantou pour un Tutsi.

Kinshasa qui fait face à une trahison interne au sein de ses forces armées et qui veut anéantir les forces Rwandaises qui occupent les montagnes du Nord Kivu a demandé à Brazzaville de lui prêter deux hélicoptères de combat et un avion de chasse pour pilonner l’ennemi. Mais Brazzaville a opposé son refus de participer indirectement à cette guerre à cause de ses relations économiques avec la famille Kagamé.

Depuis son arrivée au pouvoir Felix Tshisekedi a effectué plusieurs voyages à Oyo, village de Denis Sassou Nguesso où certaines langues parlent des tentatives d’initier le Kinois dans la Franc-maçonnerie. Des visites qui s’avèrent aujourd’hui inutiles au vu du refus de Sassou d’aider la RDC militairement.

A Kinshasa, on est convaincu que les forces spéciales Ougandaises ont apporté un important soutien aux Rwandais dans la prise de la ville de Bunagana. Quelques semaines plus tôt toujours à Oyo, Sassou avait réuni les présidents de la RDC, de l’Ouganda et du Togo pour parler de la paix dans les Grands Lacs. « Sassou ne ferait-il pas le jeu du Rwanda ? » s’interroge un proche de Tshisekedi qui attend toujours la condamnation du Congo Brazzaville de l’agression Rwandaise.