Hugues Ngouolondele met fin aux faux certificats médicaux d’embauche

0
1503

Hugues Ngouélondélé met fin à la pratique du faux et usage de faux et à la grande pagaille en matière d’établissement et de délivrance de certificats médicaux d’embauche au Congo. Le ministre de la jeunesse et des sports, de l’éducation civique, de la formation qualifiante et de l’emploi, vient d’attribuer au cabinet Luiz, « territorialement mieux implanté et disposant d’une expertise en médecine de travail », l’établissement et la délivrance du certificat médical d’embauche unique et sécurisé.

À Brazzaville et à Pointe-Noire, le certificat médical d’embauche s’achète comme un manioc au marché. Aux Grandes Endemies comme à la direction générale de l’hygiène publique, les « racolleurs » ou « rabatteurs » agissent comme des motors boys ou chargeurs de taxis bus à la vue d’un potentiel client, pour conduire tout démandeur dans des bureaux des agents de santé où sont déjà signés des certificats médicaux…

Quelle grande pagaille! N’importe quel médecin ou agent de santé identifié comme tel, sans consultation préalable ni qualification en médecine de travail, y délivre un certificat médical d’embauche. Selon nos informations, un réseau de faux certificats médicaux a récemment été démantelé à Pointe-Noire. Une pagaille à laquelle Hugues Ngouélondélé vient d’y mettre fin, à travers la note de service par laquelle il attribue l’établissement et la délivrance du certificat médical unique d’embauche au cabinet Luiz.

Pourquoi, conformément aux règles de transparence et d’équité, n’avoir pas procédé par un appel à manifestation d’intérêt, cahier de charges à l’appui, pour choisir la meilleure proposition, à défaut d’accorder l’exclusivité au Laboratoire National de Santé Publique?

« L’arrêté du ministre du Travail numéro 21400 du 16 août 2021 reconnaissant le docteur Ebabetou comme médecin du travail suffit pour justifier l’attribution du service à son cabinet. Cette attribution n’est pas une exclusivité mais une préférence fondée par notre volonté d’arrêter des délivrances frauduleuses des certificats médicaux par des médecins non agréés », justifie Hugues Ngouélondélé qui s’est prêté hier à nos questions via téléphone.

« Bien plus, renchérit-il, le cabinet médical Luiz, retenu sur la base de son expertise, est territorialement mieux implanté: à Pointe-Noire, Dolisie, Nkayi, Oyo et bientôt à Ouesso… »

Le ministre ajoute, par ailleurs, que  » pourraient être agréés d’autres cabinets médicaux disposant de la même expertise en médecine de travail et d’une bonne représentation territoriale. Le but, argumente t-il, est de mettre fin au faux et à la pagaille grâce à l’établissement et à une délivrance du certificat médical d’embauche unique et numérisé que peut consulter, via les outils numériques, tout employeur. »

Reste cependant des questions en suspense, notamment la logistique d’accueil d’au moins 100 personnes en une journée dans les grandes villes comme Brazzaville et Pointe-Noire? Comment feront les demandeurs d’emploi situés dans les coins reculés de la République( Ewo, Impfondo…) où n’est pas établi le cabinet Luiz? Qu’en est-il du coût de ce certificat médical dans ce cabinet médical privé.

Sera t-il à portée de bourse d’un chômeur issu d’une famille pauvre? Vivement que le cabinet Luiz communique officiellement ses prix.

A.Ndongo, journaliste économique et financier