H.a.l.c: Bannir la corruption, la tricherie et la fraude en milieu scolaire

0
386

La H.a.l.c (Haute autorité de lutte contre la corruption) a organisé, du 22 au 24 décembre 2022, des journées de sensibilisation sur la corruption en milieu scolaire, sous le thème: «Bannissons la corruption et la fraude en milieu scolaire». Cette campagne de sensibilisation s’est tenue à deux endroits: au Lycée de la Révolution, pour l’enseignement général et à l’Ecole paramédicale de Brazzaville, situé dans l’enceinte du C.h.u (Centre hospitalier universitaire), pour l’enseignement technique. La cérémonie de lancement s’est déroulée en présence des ministres en charge des enseignements, Jean-Luc Mouthou et Ghislain Thierry Manguessa Ebomé, des enseignants, des élèves et des associations de parents d’élèves, dans une animation de l’artiste comédien Zedem.

La corruption, la tricherie et la fraude en milieu scolaire sont des actes fréquents. Les élèves et les enseignants sont pointés du doigt. «Il faut bannir la corruption en milieu scolaire», tel est le message qu’on pouvait entendre des participants. Trois allocutions ont ponctué la cérémonie d’ouverture de la 10ème séance de campagne de proximité organisée par la H.a.l.c, après celles qui ont eu lieu dans neuf autres administrations publiques.

Le président de la H.a.l.c pendant la cérémonie d'ouverture.
Le président de la H.a.l.c pendant la cérémonie d’ouverture.

Pour Frédérique Menga, le directeur anti-fraude au Ministère de l’enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’alphabétisation, «la lutte contre la fraude est une nécessité, pour que nous formions des élèves qui doivent participer au développement de la Nation».

«Nous avons le devoir de baliser la voie de l’émergence du Congo tant attendue. Or, il est incompatible de sauver d’un côté l’émergence d’un pays et de l’autre entretenir, dans ce même pays, les antivaleurs comme la corruption, la concussion, la fraude et j’en passe. Le seul secret pour y arriver, c’est le changement de comportements des filles et fils de ce beau pays que nous aimons tous. Ce qui est encore mieux et beaucoup plus simple et facile d’ailleurs, c’est que cette émergence de notre pays, nous n’irons jamais la négocier ailleurs qu’avec nos propres cœurs, ces cœurs que nous portons sur nous», a souligné Emmanuel Ollita Ondongo, président de la H.a.l.c, dans son mot e circonstance.

«C’est pour vous rassurer qu’il n’y ait pas de Congolais qui soient plus Congolais que les autres. C’est devant cette réalité que s’impose la notion de tolérance zéro. Et c’est donc ici où la H.a.l.c déclare, haut et fort, que la récréation est terminée. La fin de la récréation devra céder sa place à la gestion saine des deniers publics, à la transparence, au respect de la chose publique et à la restauration de l’autorité de l’Etat», a-t-il fait savoir.

Une vue de l'assistance pendant la cérémonie d'ouverture.
Une vue de l’assistance pendant la cérémonie d’ouverture.

Pour Jean-Luc Mouthou, ministre de l’enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’alphabétisation, «cette campagne de sensibilisation vient à point nommé, pour un environnement scolaire sain». Avant de lancer la campagne de lutte contre la corruption, la tricherie et la fraude en milieu scolaire.

L’école, lieu d’apprentissage, est souvent confrontée à ces antivaleurs. Pour passer en classe supérieure ou réussir à un examen, beaucoup y font recours. Pour arrondir leurs fins de mois, les enseignants vendent les notes (corruption). La responsabilité des parents, des élèves et des enseignants est interpellée. Pour bannir ces antivaleurs en milieu scolaire et conscientiser les acteurs des deux sous-secteurs de l’enseignement (général et technique), la H.a.l.c a commencé par une campagne de sensibilisation. La phase de répression s’ensuivra.

Les échanges ont porté sur «la prévention et la gestion des risques de fraude en milieu scolaire; l’identification et les caractéristiques des cas de fraude et de corruption en milieu scolaire: cas de l’enseignement technique et professionnel; mission et pouvoir de la H.a.l.c face à la fraude et la tricherie à l’école; le parent d’élèves face à la question de la fraude scolaire».

Le système éducatif national est malade, du fait de ces anti-valeurs que sont la corruption,  la tricherie et la fraude. Le Premier ministre Anatole Collinet Makosso disait: «D’une manière générale et cela est su de tous, notre système éducatif, du préscolaire à l’enseignement supérieur, incluant la recherche scientifique et l’innovation technologique, présente des défis importants». Parmi ces défis, il y a la lutte contre les anti-valeurs. Tout ça, c’est pour assainir le secteur de l’éducation, former des élèves qui deviennent des ambassadeurs de la H.a.l.c, pour «sensibiliser les autres élèves, afin d’arrêter la tricherie et améliorer la gouvernance en milieu scolaire», a signifié Emmanuel Ollita Ondongo.