François Bozizé chercherait à se mettre à l’abri dans le département de la Likouala ?

0
2864




Après avoir allumé le feu en Centrafrique, dans sa volonté de reprendre le pouvoir par les armes comme si c’était un héritage familial, l’ex dictateur François Bozizé, qui s’est réfugié dans les zones sous contrôle des groupes armés, chercherait à se mettre à l’abri au Congo, dans le département de la Likouala. C’est de là aussi, qu’il a regagné Bangui après des années d’exil pour échapper au contrôle aéroportuaire. Le préfet de la Likouala, instruit par Sassou Nguesso aurait mis tout en place pour cet accueil.




C’est demain dimanche 27 décembre que les centrafricains sont appelés aux urnes malgré le report exigé par certains candidats et le retrait à la course d’autres. Après l’invalidation de sa candidature par la cour constitutionnelle, l’ex dictateur François Bozizé, a choisi le recours aux armes comme son parrain Denis Sassou Nguesso pour reprendre le pouvoir.




Peine perdue pour ce vieux ivrogne, qui a vu les forces Russes, Rwandais, Portugais et de la Munisca mètrent fin à son rêve.La Russie est entrain d’ailleurs de renforcer ses capacités militaires en RCA avec l’arrivée des engins blindés et hélicoptères de combat. L’actuel président Touadera a signé des accords militaires avec ce pays, conscient du double jeu de la France.

En déclenchant les hostilités après avoir parrainé le regroupement de plusieurs groupes armés, François Bozizé, rêvait forcer un report des élections et une organisation d’un dialogue qui le blanchirait. Hélas ! Faustin Archange Touadéra, n’est pas tombé dans ce piège et tient au scrutin de ce dimanche.




Du côté de Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, sur qui des soupçons de soutien à Bozizé pèsent a convoqué pour ce 26 décembre, un sommet extra ordinaire de la CEAC par visioconférence dans le seul but d’inviter les politiques centrafricains à un dialogue qui bénéficierait son poulain Bozizé.

Acculé et retranché dans les zones sous contrôle des groupes armés, François Bozizé, qui aurait échappé à un assassinat, chercherait à se mettre à l’abri de l’autre côté du fleuve Oubangui, à Betou dans la Likouala. Il aurait déjà reçu le Ok de Sassou Nguesso, selon des sources diplomatiques à Bangui.