France: un rassemblement pro-palestinien à Paris pour dire stop au «massacre à Gaza»

0
703

Des milliers de manifestants se sont rassemblés dimanche à Paris pour demander l’arrêt des opérations militaires d’Israël à Gaza à l’appel d’un collectif réunissant du collectif « Pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens » qui réunit des organisations marquées à gauche.

Présente au rassemblement, la députée LFI Aurélie Trouvé a fait état sur X (ex-Twitter) de plus de 30 000 participants. Selon un décompte de la préfecture de police de Paris, la manifestation a réuni quelque 15 000 personnes. La préfecture n’a pas signalé d’incidents.

Le collectif « Pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens » à l’initiative du rassemblement a déployé une banderole au pied de la statue de la République, appelant la France à « demander un cessez-le-feu immédiat » et « halte au massacre à Gaza ». La CGT, FSU, La France Insoumise, l’Union syndicale Solidaires, l’association France-Palestine-Solidarité, le Mrap, le collectif des Musulmans de France ou encore l’Union juive française pour la Paix (UJFP) font partie de la quarantaine d’organisations membres du collectif.

« Nous sommes mobilisés depuis dix jours contre cette tuerie qui se passe en Israël et en Palestine. Il faut absolument un cessez-le-feu, il faut atteindre, lever ce blocus contre Gaza et mettre fin à l’occupation des territoires palestiniens, affirme Richard Wagman, président d’honneur de l’UJFP. Pour nous, en tant que Juifs, c’est extrêmement important de nous démarquer aussi de la politique israélienne qui ne nous représente absolument pas. Et c’est une transgression de toutes les valeurs juives qui sont les nôtres. Il faut dire que l’État d’Israël est en train de pilonner la bande de Gaza. Il y a déjà plus de 4 000 morts, des innocents, ce sont des civils qui s’écroulent sur les bombes et ce n’est pas acceptable. C’est une pure vengeance, ça n’apporte absolument rien sauf le chagrin, la haine, c’est une spirale dangereuse. Il faut mettre fin à ça tout de suite. » 

« On est tous venus en famille pour un message de liberté, d’égalité et de fraternité »

Parmi les milliers de participants à la manifestation en faveur de la paix, il y avait un couple accompagné de leurs enfants. « On est tous venus en famille pour un message de liberté, d’égalité et de fraternité. On est là pour la Palestine, mais on pourra être là pour n’importe quel pays et n’importe quel peuple qui souffre. On veut juste que cette terre, elle soit autant aux Juifs qu’aux Palestiniens et que les gens vivent heureux sur cette terre-là », expliquent les parents tandis qu’un de leurs enfants renchérit : « Ça nous fait vraiment du mal ces enfants qui veulent juste la paix. On les voit mourir. On voit leurs parents mourir, ça fait vraiment de la peine. »

Sur la pancarte d’un autre manifestant solidaire avec le peuple palestinien, il est inscrit : « Israël assassin, Macron complice ». « On est ici surtout pour exprimer notre solidarité avec le peuple palestinien en général et plus particulièrement avec la population de Gaza qui depuis maintenant quasiment deux semaines vit quotidiennement sous les bombes », lance ce manifestant. 

D’autres rassemblements ont eu lieu également ailleurs en France ce dimanche, notamment à Marseille à l’appel de la CGT.

Rassemblement pour demander la libération des otages retenus par le Hamas

L’union des étudiants juifs de France a tenu un rassemblement dimanche soir dans le 7e arrondissement de Paris pour réclamer la libération des otages retenus par le Hamas à Gaza, comme l’indique Samuel Lejoyeux, président de l’UEJF. « Ce rassemblement, il a évidemment pour premier intérêt de sensibiliser le public et de remettre sur le devant de la scène cette question des otages. Que ce qui s’est passé le 7 octobre, ce n’est pas un acte de résistance de la part du Hamas, c’est un acte terroriste. C’est un acte qui s’en est pris à des civils, notamment des bébés. Il y a des bébés de quelques mois seulement qui sont retenus par une organisation terroriste aujourd’hui encore. »