Enseignement supérieur : des reflexions sur le financement de la recherche scientifique

0
1022

Les mécanismes de financement de la recherche, dans un contexte économique quelque peu difficile, ont fait partie des problématiques au menu de la quatrième session du Conseil supérieur de la science et de la technologie.

« Nous devons mutualiser les moyens pour faire en sorte que, malgré les contraintes financières, nous puissions toujours avoir des résultats probants en matière de recherche scientifique », a déclaré la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique, Delphine Edith Emmanuel, lors de la quatrième session du Conseil supérieur de la science et de la technologie, tenue le 19 mai, à Brazzaville, devant les membres dudit Conseil constitués des représentants de la Primature, du Parlement, des universités publiques, des chercheurs et des partenaires privés.

Les réflexions du Conseil supérieur de la science et de la technologie ont, par ailleurs, porté sur le statut du chercheur. Selon la ministre Delphine Edith Emmanuel, ce statut est obsolète et dissuade les jeunes qui sont à l’université à aller vers la recherche scientifique. « Or, nous devons disposer d’un corps de chercheurs solides », a-t-elle indiqué, avant de souligner la nécessité d’examiner, au cours de cette session, diverses questions relatives à la délégation générale de la recherche scientifique.

L’ensemble des problématiques sur lesquelles ont porté les réflexions avait déjà été annoncé par la ministre Delphine Edith Emmanuel lorsqu’elle définissait, en janvier dernier, les perspectives de cette année. Parmi ces problématiques figure en bonne place la gouvernance qui doit permettre à la recherche scientifique et à l’innovation technologique d’avoir des bases solides pour relever les défis de développement auxquels les deux sous-secteurs doivent contribuer davantage.

En rappel, la session du Conseil supérieur de la science et de la technologie de cette année est la quatrième du genre après celles de 2009, 2014 et 2016.