Cordes vocales : pourquoi perd-on sa voix quand on est malade ?

0
469

Un syndrome grippal, une angine ou des maladies de la sphère ORL peuvent altérer votre voix. Elle change de tonalité et peut même dans certains cas se trouver en totale extinction. Comment expliquer ce phénomène ?

L’extinction de voix est liée à un trouble du fonctionnement des cordes vocales. Ce phénomène est progressif : il est marqué dans les premiers jours par une dysphonie, c’est-à-dire un changement de timbre, puis par l’aphonie, marquée par la disparition de la voix.

Quand la voix subit une extinction, plus aucun son ne sort : le seul « bruit » possible relève du chuchotement. Dans la plupart des cas, cette extinction reste transitoire et trouve son origine dans une infection virale ou bactérienne. L’infection atteint les cordes vocales situées dans le larynx et empêche leur vibration. Et sans vibration, le son disparaît ! On parle alors d’angine, de grippe ou de laryngite aiguë souvent associées à d’autres symptômes comme les maux de gorge, les écoulements nasaux, les épisodes de toux et de fièvre.

L’extinction de voix peut aussi être liée à des lésions de cordes vocales lorsque la voix a été trop sollicitée : les enseignants, les conférenciers, les avocats ou encore les chanteurs et les adeptes des concerts connaissent bien ce problème.

Tabac et RGO

Sans aller jusqu’à l’extinction de voix, le tabagisme chronique* altère aussi le timbre de la voix. Les composants du tabac provoquent, en effet, un gonflement et une inflammation des cordes vocales. Dans le temps, ces cordes vocales s’épaississent : les vibrations diminuent et le son produit devient chroniquement plus grave.

Chez les patients diagnostiqués pour un reflux gastro-œsophagien (RGO), les perturbations vocales (dysphonie ou aphonie, toux chronique, pharyngites, laryngites, sensation de boule dans la gorge, raclement de gorge, maux de gorge et d’oreille, troubles respiratoires) constituent souvent l’un des premiers symptômes évocateurs. En cause : l’acide gastrique connu pour irriter le larynx, le pharynx et les cordes vocales. L’accumulation d’une enzyme** (la pepsine) au niveau de la muqueuse des voies aérodigestives supérieures semble aussi largement impliquée dans ce phénomène.

Nodules, polypes, tumeurs

Les lésions bénignes ou malignes peuvent aussi déclencher des perturbations de la voix. Nodules, kystes, polypes ou tumeurs sont concernés. Dans des situations chroniques et plus graves, l’extinction de voix peut survenir chez les patients atteints d’un cancer de la sphère ORL comme la gorge ou le larynx. Dans la tumeur du larynx, par exemple, la tumeur atteint les cellules dites épidermoïdes recouvrant l’organe : en conséquence, la voix s’enroue ou s’affaiblit.

A noter : il est conseillé de consulter votre médecin quand la voix reste rauque en permanence pendant deux à trois semaines.

*L’arrêt du tabac peut aussi enrouer la voix : les bronches se dégagent et les cils vibratiles tapissant la gorge se remettent en activité pour éliminer toutes les impuretés qui peuvent irriter la gorge de façon transitoire.