Congo : les deux Brasseries bénéficient des faveurs fiscales pour baisser les prix des bières et dérouter la jeunesse

0
784

Alors que les entrepreneurs et petits commerçants se plaignent de la forte pression fiscale sur eux , les deux principales brasseries du pays se frottent les mains des avantages fiscaux que leur accorde le gouvernement. Selon des cadres de ces entreprises, ces avantages fiscaux sont conditionnés par une baisse drastique des prix des bières produites. Il faut maintenir le Congolais dans la distraction alcoolique afin qu’il laisse les politiciens en paix.

Le Congo est sans doute l’un des pays d’Afrique où la bière coûte moins chère au grand plaisir des consommateurs qui ignorent juste la raison cachée. Au Cameroun par exemple, pays par excellence des soûlards avec un coût de la vie très inférieur à ce lui du Congo, une bouteille de bière coûte 700 cfa.

En Afrique du Sud, un autre pays des entonnoirs, pour boire une bouteille de bière, tout soûlard doit débourser 1000 cfa. A Dakar, la bière locale au nom de la Gazelle est vendue à 800 cfa l’unité.

En RDC, La bouteille de bière au Congo est moins chère que celle d’eau potable. En effet, une bouteille d’un litre et demi d’eau coûte 3 500 francs congolais, soit six euros. Plus cher que deux bières de 73 cl à 1 500 FC l’une.

En moyenne, une bouteille de bière coûte en moyenne 700 cfa dans la majorité des pays Africains à l’exception du Congo où, on assiste à toute sorte de promotion dans le secteur. Si une bouteille est à 500 cfa fixe, un soûlard peut aussi se contenter d’une promotion de 4 bouteilles à 1500cfa ou de 2 bières à 750 cfa.

Cette volonté manifeste des autorités à obliger les brasseries à maintenir fixe à 500 frs le prix de la bière est le résultat des stratégies montées dans la conservation du pouvoir par le contrôle de la jeunesse. On entend souvent dans les rues du Congo que la révolution ne viendra que lorsque la bière va manquer au pays. Des déclarations qui ont mis la puce à l’oreille des dirigeants qui s’activent à ce que cette denrée ne manque jamais à la population.

Les propriétaires des deux principales Brasseries du pays font des chiffres d’affaires spectaculaires grâce aux avantages fiscaux dont elles bénéficient de l’État. Rappelons qu’au Cameroun, les trois principaux brasseurs ont décidé d’augmenter le prix de la bière de 50 cfa en réponse à de nouvelles mesures fiscales.

Au Congo, quand les Brasseurs ont décidé de l’augmentation du prix de la bière à 700 cfa, ils ont tout de suite été rappelés à l’ordre par le pouvoir qui leur imposé le prix de 500 cfa, suivi des avantages fiscaux.