B/ville : tentative de sabotage de la statue de Savorgnon Debrazza par les sans visages




Un groupe de patriotes congolais qui se font appeler les « sans visages » auraient tenté de dégrader, à défaut de la déboulonner, la statue du colon Pierre Savorgnan Debrazza, érigée dans l’enceinte du mausolée qui porte son nom. Cette opération minutieusement préparée, consistait à couvrir de la peinture aux couleurs du drapeau du Congo la statue. Un acte de vandalisme selon les autorités, mais patriotique pour ce groupe individus. «  Nous y parviendront » a déclaré le porte parole de ce mouvement.




La plupart des congolais jugent irresponsables qu’un État honore et élève son colon à ce point, quand bien même l’histoire nous rappelle tout les méfaits de la colonisation en Afrique. Érigée en plein centre de la ville qui porte aussi son nom, la statue de l’explorateur Français d’origine Italienne, Pierre Savorgnon Debrazza, n’a jamais été vu d’un bon œil par les Congolais.




L’obstination de Denis Sassou Nguesso a faire plaisir à ses amis franc-maçons est la cause principale de son érection et la construction d’un mausolée en son honneur. Des milliards ont été jetés à la fenêtre dans un mausolée qui ne voit défiler que quelques curieux annuellement.




Le mouvement congolais des « sans visages » veut à l’instar de toutes les voix au monde qui détruisent les monuments esclavagistes et coloniaux un peu partout, faire autant avec celui de Pierre Savorgnan Debrazza. Un cas difficile dans un pays dictatorial où les autorités ont plus de la considération à ce monument qu’à leur propre peuple.




A ce titre, les membres de ce mouvement des sans visages auraient projeté préalablement sa dégradation aux couleurs nationales avant son déboulonnement. Il ne serait pas étonnant qu’un matin, les brazzavillois se réveillent avec la statue de Debrazza recouverte de la peinture vert jaune rouge. C’est le rêve de ce mouvement qui aurait vu sa naissance dans la partie nord du pays.




Les autorités politiques ont renforcé une vigilance discrète dans les alentours, de nuit comme de jours, pour éviter tout acte de sabotage. L’une des maîtresses du Denis Sassou Nguesso qui en assurent la gestion n’a plus un sommeil tranquille à cause de cette situation et aurait obtenu de son homme cette sécurité discrète.