Le pays pleure ses 50 jeunes et la famille Sassou commande du champagne à 200000 euros en France

0
54953

L’avion affrété pour transporter cette marchandise spéciale vers Oyo devrait décoller d’un aéroport français le prochain vendredi 24 novembre. Cette commande évaluée à 130 millions fcfa a été passée directement par la famille présidentielle au nom de l’institution qui les garantit une vie paradisiaque.

Pendant que de nombreuses familles sont endeuillées à cause de la branche répressive du pouvoir qu’est l’armée, le clan Sassou fait déjà des provisions de l’oisiveté qui le caractérise. Rien de ne peut empêcher aux jouisseurs de profiter de leur pouvoir, moins encore la mort de 50 jeunes sans avenir tombés à la quête d’un emploi nocturne.

Ce sont 130 millions cfa qui ont été décaissés pour l’occasion par le clan Sassou pour l’achat d’une quantité importante de champagne pour les fêtes de fin d’années et d’autres événements des membres de la famille.

Un Boeing 737-800 a été affrété à une société espagnole pour transporter cette importante marchandise vers l’aéroport d’Ollombo près d’Oyo. Le Congo, pourtant pays pauvre suppliant une aide du FMI est classée parmi les pays qui importent le plus du champagne en Afrique.

La cargaison était prévue être livrée par l’aéroport de Maya Maya à Brazzaville, mais le drame du stade Ornano a modifié le calendrier. Le clan Sassou ne souhaite pas que des songueurs postés à Maya Maya ne fassent leur boulot. Le choix de l’aéroport d’Ollombo est une garantie de discrétion qui a fini par fuiter.

On dépense 130 millions cfa dans le champagne alors que des hôpitaux du pays manquent de tout. Mais que dire de plus si le bling bling est une priorité pour la famille Sassou.

Un groupe de gens qui ne se rendent pas compte avoir totalement échoué après près de 40 ans de règne. Le salut du Congo n’est pas en réalité leur soucis primordiale tant que ce pays participe à travers son Trésor Public à leur bonheur particulier. Tout au moins cet énième drame vient révéler les graves conséquences d’avoir cédé à la franc-maçonnerie les destinées du Congo.