Agriculture : le Pdac facilite l’écoulement des produits vivriers à Boko et Voka

0
307




Pour permettre aux agriculteurs d’écouler facilement leurs produits vers les grands centres commerciaux, notamment Brazzaville, située à environ 100 km, le Projet d’appui au développement de l’agriculture commerciale (Pdac) a lancé le 16 novembre  les travaux de réhabilitation de la piste Voka-Kimpandzou et réceptionné celle reliant Boko à Mandombe.





Longues respectivement de 55 km et 18km, ces deux pistes ont été aménagées grâce au financement de la Banque mondiale à travers le Pdac. Les travaux sont exécutés par l’entreprise CP Sarlu pour un coût global  de 326 784 769 millions FCFA pour la première piste et 155 712 629 millions FCFA pour la seconde.L’objectif étant, a indiqué la coordination du Pdac, de faciliter l’écoulement des produits agricoles de ces deux grands bassins de production. S’agissant de la piste à réhabiliter, elle constitue pour les populations bénéficiaires un motif de satisfaction, car elle devrait permettre aux maraîchers, agriculteurs, éleveurs et pêcheurs de cette contrée d’évacuer en temps réel les fruits de leur production qui, faute de route, s’abiment sur place.

« C’est une immense joie de voir démarrer ces travaux. A terme, ils nous permettront d’aller vendre nos produits à  Brazzaville », a déclaré un natif de Voka.




Les travaux prévus pour une durée de huit mois, à compter de novembre, porteront sur le traitement des boursiers, les remblais, la construction d’un dalot, le profilage et le drainage latéral, l’entretien des dalots existants, la signalisation et l’installation des barrières de pluie.

En ce qui concerne l’axe Boko-Mandombe, il traverse quatre quartiers, à savoir Samba Ndongo, Boko village, Yongo, Kitadi et les villages Bouenze, Nzieto et Mandombe. Les travaux ont consisté au dérapage des montagnes, au rechargement de la piste, au  traitement des ravinements latéraux, à l’entretien des monceaux, à la construction des dalots existants, en la pose des panneaux de signalisation et à  l’installation des bornes kilométriques en béton armé.

« Après l’ouverture de la piste Boko-Mandombe, notre souhait est de voir également être réhabilitée celle reliant Boko à Mbelo pour le bien des populations de notre contrée », a déclaré le président des sages de Boko, André Touzizila.