1 milliard puis 6 milliards de FCFA bientôt mis à la disposition des sinistrés du 4 mars 2012

0
788

La séance de travail qui s’est tenue ce mardi 14 décembre à l’hôtel de la Primature, entre le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso et les responsables du collectif des sinistrés du 4 mars s’est soldée sur une note d’espoir. A l’issue des discussions, le collectif a assuré qu’un consensus a été trouvé avec le gouvernement. Selon les conclusions, l’exécutif prendra des actions avant la fin de cette année et en 2022.   

Ce mardi 14 décembre, le chef du gouvernement Anatole Collinet Makosso a reçu le collectif des sinistrés du 4 mars, conduit par son président Bruno Osseté, pour discuter du sort de ces populations. 

Cette rencontre s’est déroulée en présence de 06 membres du gouvernement, des Administrateurs maires des arrondissements 05 Ouenzé et 06 Talangaï, et des élus locaux des deux arrondissements.

Il en ressort que les deux parties se sont engagées à repartir sur de nouvelles bases, après environ 10 ans d’attente. Une situation qui a plongé ces sinistrés dans une précarité sans précédente. 

Deux enveloppes de 1 milliard et de 6 milliards de Francs Cfa au titre des dommages seront tour à tour mises à la disposition des sinistrés du 4 mars, a rapporté le président du collectif des sinistrés du 4 mars, Bruno Osseté.

“Le Premier ministre nous a rassuré. La première des choses qu’il a pu donner comme instruction c’est que d’ici la fin de cette année, il y a un montant d’un milliard de F CFA qui a été décaissé. Pour 2022, 6 milliards de F CFA seront dégagés pour les sinistrés du 4 mars”, a-t-il déclaré.    

Un décaissement qui prendra notamment en compte les bâtis, les commerçants et ceux qui vivent avec handicap, a laissé entendre le président du collectif des sinistrés du 4 mars.

Une commission a été mise en place pour le traitement de l’ensemble des problématiques liées à la situation du 4 mars.

Pour le député de la deuxième circonscription électorale de Talangaï, Jean-Claude Ibovi, cette séance de travail est une étape importante franchie par les parties prenantes. Il dit vouloir attendre l’agissement de ce comité en vue du dénouement de l’affaire dite des sinistrés du 4 mars 2012.