Une perte brusque d’altitude survolant le Kouilou de l’avion de Sassou crée un grosse panique à bord

0
2781

Denis Sassou Nguesso a pris part à la cérémonie d’ouverture de la deuxième édition de la biennale de Luanda qui se tient du 27 novembre au 2 décembre en Angola. Invité par son homologue Angolais, le président Congolais a quitté Brazzaville le même jour pour rejoindre Luanda. Son avion qui survolait le département du Kouilou a connu une perte brutale d’altitude qui a déclenché une alarme à bord.

Certains Congolais rêvent encore de voir Denis Sassou Nguesso mourir d’un crash aérien afin que le pays se libère de ce dictateur qui a mis au rouge tous les indicateurs du bonheur de la population. Conscient du peu d’amour que lui portent désormais les Congolais, Sassou fait inspecter son avion avant chaque décollage par des chiens renifleurs dressés pour détecter des bombes.

Toute cette procédure a été respectée avant son décollage pour Luanda en Angola ce 27 novembre depuis l’aéroport de Maya Maya. Un vol paisible d’une heure et demi qui s’est transformé en cauchemar alors que le jet privé survolait le département du Kouilou. Traversant sans doute une zone de turbulences, l’appareil a perdu brusquement l’altitude, créant ainsi une panique à bord.

La délégation présidentielle a cru un moment à un crash et les prières se sont fait entendre chez ses personnes pourtant maçonniques. « Pourquoi seulement au dessus de Pointe-Noire ? » se sont interrogés certains membres de la cohorte.

Une fois atterri à Luanda, Denis Sassou Nguesso a participé avec ses homologues à la cérémonie d’ouverture de cette biennale.

La nouvelle édition 2021 de la biennale de Luanda qui se tient en présence de l’OIF, est célébrée sur le thème : « Arts, culture et patrimoine: leviers pour construire l’Afrique que nous voulons« . Elle rassemble plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement, plus d’une centaine de panélistes et de jeunes de toute l’Afrique, ainsi que de nombreux représentants, personnalités et partenaires de haut niveau.

A l’ouverture des travaux, les présidents Denis Sassou N’Guesso et Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo ont relevé tour à tour l’importance de la biennale de Luanda dans la  culture de la paix en Afrique.

« Les présents travaux se tiennent au moment où notre continent se trouve secoué par différents foyers de tension, notamment en Afrique centrale. C’est pourquoi, il nous faut diligenter avec vigueur la conquête de la paix dans les cœurs et les consciences de nos compatriotes. Pour cela, l’art, la culture et le patrimoine constituent les leviers incontestables, voire incontournables pour construire l’Afrique tant souhaitée par les peuples du continent », a déclaré le chef de l’Etat Congolais, Denis Sassou N’Guesso.