Rentrée scolaire 2021-2022 : le gouvernement face à de nombreux défis

0
370

L’année scolaire 2021-2022 est fixée du 4 octobre de l’année en cours au 4 juin 2022. L’occasion pour Jean Luc Mouthou, ministre de l’Enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’alphabétisation de lancer un appel à la mobilisation de tous les acteurs du secteur éducatif pour une réussite de celle-ci.

Les élèves du préscolaire, primaire et secondaire ont renoué avec le chemin de l’école ce lundi 4 octobre. Une reprise des cours attendue, tant le ministère de l’Enseignement général devra faire face, au cours de cette année scolaire, à de nombreux défis.

Il s’agira entre autres d’améliorer la qualité du programme éducatif. La démarche entamée par la révision des programmes d’enseignement des classes du CP1, CP2 au primaire et 6e, 5e au collège a été appuyée par la Banque mondiale, à travers le Projet d’appui à l’amélioration du système éducatif.

Aussi, le gouvernement mise sur le renforcement des capacités d’accueil pour répondre à la problématique des effectifs pléthoriques. Pour cela, le gouvernement a annoncé l’ouverture des lycées dans les localités de Tchikapika dans le département de la Cuvette, à Dolisie dans le Niari. Les département de Brazzaville et de Pointe-Noire quant à eux verront leurs offres s’élargir avec l’ouverture des lycées de Ngamakosso dans la périphérie nord de Brazzaville, et ceux de Vindoulou et Ngoyo à Pointe-Noire.

De plus, la question des ressources humaines constitue un autre défi important pour l’administration en charge de l’éducation. Le déficit en personnel enseignant, la situation des enseignants volontaires et la question du quotas de recrutement devront être rapidement résolus afin d’éviter de nouvelles tensions et risque de grève au sein de ce sous-secteur de l’enseignement.

Enfin, dernière préoccupation, non des moindres, celle du contexte sanitaire dans lequel se déroule cette nouvelle rentrée des classes. Jean-Luc Mouthou s’est voulu rassurant, “nous avons préconisé des mesures importantes, et ce sont ces mesures que nous rappelons, aux uns et aux autres pour faire en sorte que le milieu de l’école ne soit pas le milieu de propagation de la pandémie à coronavirus”, a-t-il indiqué.