Rachat de la Société générale : les actifs cédés officiellement à l’État congolais

0
1153

L’accord de clôture de la cession de la filiale congolaise de la banque Société générale a été signé, le 23 décembre, à Brazzaville, entre le ministre de l’Économie et des Finances, Jean Baptiste Ondaye, et les représentants du géant français de la finance.  

La signature de l’accord de clôture de la cession de la Société générale Congo marque le dénouement heureux d’une procédure faite de rebondissements, s’est félicité le ministre de l’Économie. Après cette phase de signature et le rachat des 93,47% des parts du groupe Société générale, l’État congolais est désormais l’unique propriétaire de la filiale Société générale Congo.

Cette position a permis au gouvernement de choisir BGFIBank Congo en tant que futur repreneur de la filiale congolaise de Société générale. « C’est dans ce cadre qu’un soin particulier a été mis dans le choix d’un partenaire de référence devant reprendre les activités de la Société générale Congo, dans le respect de la réglementation communautaire. Cette exigence a conduit au choix de BGFIBank Congo, matérialisé par l’accord signé le 19 octobre 2023, et qui, conformément aux dispositions réglementaires, est soumis à l’autorisation préalable de la Commission bancaire d’Afrique centrale », a indiqué Jean Baptiste Ondaye.

Les négociations en vue de la reprise des actifs de la Société générale Congo pourraient être bouclées dès le début de l’année 2024. Il faut souligner que cette transition est actuellement gérée par deux comités de gestion composés des représentants de la Société générale, de l’État et de BGFI Capital (filiale du groupe BGFIBank), qui est le conseil de l’État congolais.

Pour la petite histoire, c’est en juin dernier que le Groupe Société générale avait décidé de vendre certaines de ses filiales en Afrique parmi lesquelles Société générale Congo, dont l’État détenait 6,5% des parts. Après des semaines de discussions, le Congo a pu faire valoir son droit de préemption, conformément aux dispositions de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires.

Finalement, le 31 juillet dernier, l’Etat congolais et le groupe Société générale ont signé un accord en vue de l’acquisition de l’intégralité des actions détenues par ce dernier dans sa filiale congolaise. « Ce n’est pas un échec de la Société générale, mais plutôt une décision stratégique prise par le groupe », a estimé Ismaël Libizangomo, le directeur général de BGFI Capital. Près de deux mois après, le 2 octobre, l’opération a été autorisée par la Commission bancaire de l’Afrique centrale.