Libérez le journaliste Raymond Malonga !

Arrêté et placé sous mandat de dépôt le 02 février 2021, le journaliste Raymond Malonga a été condamné le 03 mai 2021 à six (6) mois d’emprisonnement ferme et à une amende de trente millions (30.000.000) de FCFA.

A noter que ce jour où il a été condamné, ce dernier avait déjà eu à purger une partie de sa peine, soit trois (3) mois de prison ferme. Ceci étant dit, ce 02 août 2021, Raymond Malonga du journal Sel-Piment a, en principe, totalement purgé sa peine est devrait être libre de tous ses mouvements. Malheureusement, le parquet, selon une source qui a requis l’anonymat, refuse de lui délivrer un billet de sortie.

En cela, nous demandons à la justice congolaise de faire elle-même preuve du respect des textes et des décisions de justice. Il a été dit six (6) mois de prison ferme, ni plus, ni moins. Un jour de plus en prison pour Raymond Malonga sera insupportable pour toute la presse congolaise.

Nous profitons de cette occasion pour dire à Denis Takou Nguesso que la fameuse dépénalisation des délits de presse au Congo, qu’il criait haut et fort sur les antennes de radio et télévision, n’était, finalement, qu’un leurre de plus. D’autant qu’elle n’a jamais été suivie d’une loi écrite noir sur blanc et, surtout, de textes d’application.

Ce n’était, comme à son habitude, qu’une annonce qui avait pour but de caresser les journalistes congolais dans le sens du poil. La réalité est qu’au Congo, les journalistes continuent d’aller en prison pour des délits de presse ridicules comme la diffamation. Laquelle sous d’autres cieux n’est sanctionnée que par des amendes.